AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rebekah Mikaelson

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 402
☇ Age : 21
☇ Localisation : Mystic Falls

MessageSujet: Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson) Jeu 18 Aoû - 15:23


Stop crying your heart out

Rebekah Mikaelson & Angela Peterson


La nuit noire engloutissait la forêt de Mystic Falls, ce soir-là. Pas d’étoile pour éclairer les ténèbres. Juste la lune. La lune, unique témoin de la détresse qu’elle éprouvait.

Depuis combien de temps était-elle là, à errer sans but dans cette forêt ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Elle avait laissé Hope avec Niklaus au manoir. Pouvait-elle lui faire confiance ? Pouvait-elle être sûre qu’il n’allait pas essayer de se débarrasser d’elle dans un de ces fameux accès de colère ? Non. Elle ne savait pas. Mais il fallait qu’elle prenne de la distance par rapport à tout ça. Elle avait tout donné. Elle avait trop donné. Elle avait besoin de faire le point. Faire le point sur sa vie, sur ce qu’elle était devenue, et sur ce qu’elle allait devenir désormais.

L’Originelle serra les dents et ferma les yeux, avançant presque à tâtons dans l’obscurité ténébreuse de la forêt. C’était ça, sa vie, maintenant. L’obscurité. Il n’y avait pas de lumière au bout du chemin. Pas d’espoir d’un avenir meilleur. Il ne lui restait que ses rêves. Des rêves qui n’avaient plus aucune chance de se réaliser, désormais.

Elle secoua la tête de façon presque imperceptible. Ce n’était pas son genre de baisser les bras comme ça. Vraiment pas. Mais elle devait garder les pieds sur Terre. Faire face à la réalité. Elle avait tout donné pour Hope. Pour sa famille. Elle avait pris la fuite pour elle. Elle qui avait toujours voulu s’établir avec quelqu’un, avoir une vie normale, elle avait vu sa vie devenir un véritable cauchemar. En perpétuelle fuite, elle avait dû changer de ville presque tous les jours, vivant toujours dans la crainte d’être repérée. Dans la crainte que l’on ne s’en prenne à ceux qu’elle aimait.
Puis, c’était arrivé. Il avait pris des coups. Marcel. Il avait pris des coups pour elle, pour Hope. Elle n’avait pas réussi à toujours le protéger. Il s’en était toujours remis, par chance. Mais Rebekah avait eu l’impression que son cœur se déchirait un peu plus à chaque coup qu’il prenait par sa faute.
Alors, elle avait pris la décision de le laisser. Il n’avait pas à vivre une vie comme celle-là. Il n’avait rien demandé de tout ça. C’était sa famille. Sa responsabilité. Pas celle de Marcel. Elle ne voulait pas le laisser prendre un coup de plus pour elle.
Et puis, ce fut le grand retour à Mystic Falls. Elle était revenue pour Hope. Parce qu’elle méritait de connaître sa famille. Mais c’était dangereux, pour elle. Elle espérait juste que Niklaus lui accorderait une fin rapide pour la trahison qu’elle avait commise.
Mais ce n’était pas le cas, puisqu’elle était toujours là. Sans savoir pourquoi.
Alors, aujourd’hui, elle vivait dans la peine, et dans la crainte, attendant patiemment son sort.

L’Originelle rouvrit brusquement ses yeux, fronçant les sourcils. Alors c’était ça, sa vie désormais ? C’était ça, son avenir ? Non. Non, elle le refusait. Elle n’avait jamais accepté le fait que sa vie soit gâchée à cause de sa nature de vampire. Elle n’avait jamais accepté que Niklaus ait une telle emprise sur sa vie. Alors pourquoi devrait-elle l’accepter maintenant ?

Elle soupira. Elle ne pouvait rien faire. Autrefois, elle se serait rebellée. Autrefois, elle serait partie. Elle aurait retrouvé Marcel, et elle aurait vécu sa vie avec lui, loin de sa famille qui lui causait tant de soucis. Mais elle ne pouvait plus faire ce genre de choses. Elle avait une responsabilité, aujourd’hui. Hope. Elle devait penser à elle avant tout. Elle n’avait plus le droit de penser à son propre bonheur. A sa propre liberté.

Tout à coup, elle lâcha un hurlement. Elle en avait assez. Elle voulait arrêter de penser. Arrêter de réfléchir. Arrêter de se préoccuper des autres. Et commencer à vivre.

Alors, elle se mit à courir. Doucement, au début. Puis, de plus en plus vite. Et elle courut comme elle n’avait jamais couru. Elle courait pour ressentir le vent dans ses cheveux. Elle courait pour sentir le sol foulé sous ses pieds. Elle courait pour ressentir quelque chose qui lui appartenait enfin.
Elle s’arrêta brusquement. Un bruit. Elle tourna la tête. Un couple, en train de camper. Elle ne réfléchit même pas. Elle se jeta sur eux, et les vida de leur sang. En moins d’une minute, c’était terminé. Ils avaient à peine eu le temps de crier.

Ce n’était pas son genre de faire ça. Bien sûr, elle avait déjà tué. Mais il y avait une raison, la plupart du temps. Elle ne faisait pas ça gratuitement. Et quand c’était le cas, elle prenait au moins le temps de jouer un peu avec sa proie. Mais ce soir, elle n’y avait pris aucun plaisir. Elle avait juste voulu oublier toute cette colère qui la submergeait.

Elle fit quelques pas en arrière, regardant autour d’elle comme un animal pris au piège. Ce n’était pas elle. Elle ne faisait pas ça, pas comme ça. Mais tellement de choses avaient changé… Elle ne se reconnaissait plus elle-même. Elle ne s’en était pas rendu compte, jusque-là. Elle avait enfoui tout ça au fond d’elle-même. Parce qu’elle ne pouvait pas montrer cette faiblesse à Hope. Il fallait qu’elle se montre forte. Pour elle.

Mais ce soir… Ce soir, elle avait le droit d’être faible. Elle avait le droit de se laisser aller. Alors, elle se laissa tomber au sol, et laissa les larmes couler le long de son visage.

Et, dans la nuit noire qui engloutissait Mystic Falls ce soir-là, un hurlement déchirant, empli de rage et de peine, vint percer le silence inquiétant de la forêt si sombre.
AVENGEDINCHAINS




Dernière édition par Rebekah Mikaelson le Sam 14 Jan - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson) Sam 29 Oct - 1:54



"Stop crying your heart out "

Tu n'es pas une mauvaise personne... Juste une bonne personne à qui il est arrivé de mauvaise chose - Sirius Black



Les temps étaient difficiles ses temps ci, ce n'était pas une question de ne pas avoir de temps ou de ne pas pouvoir faire ce que l'on souhaite mais bien tout était compliqué. Mon intégration dans Mystic Falls restait incroyablement limité et j'étais vite énervée par la présence d'un vampire ou deux, trop inquiète des conséquences. J'étais consciente doucement qu'une peur me prenait aux trippes, j'avais pris l'habitude de l'entendre me hurler toute sorte de choses pour me rappeler que quelqu'un de courageux, ce n'est pas le fait de foncer la tête baissé dans le tas mais justement de ressentir la peur, de la redouter et de la surmonter pour faire ce qu'on appelle plus couramment un acte de courage.

Dans mon langage, j'appelais cela un meurtre qui était devenu banal une fois qu'on m'avait foutu dans le monde surnaturel avec un pieux et des sabres. Le vrai danger n'était pas le fait que les vampires tuent car ils en ressentaient le besoin et l'obligation pour survivre mais la réaction que nous, humains, avions eux face à cela. Est-ce que nous serions capable d'en vouloir un schyzophrène d'avoir arracher le nez de quelqu'un avec ses dents car des petites voix le lui disaient ? Non... Absolument pas. Alors pourquoi étions-nous si haineux des vampires ? Qui ne faisait qu'assouvir la désir de cette petite voix semblable à la soif. Comment pouvions-nous penser que nous allions sauvé les personnes de ce monde ainsi ?

Ma famille et toute les autres n'avaient que fait perturber cette rage, une rage qui amenait aux crimes. Je le savais, j'étais une chasseuse alors que moi-même j'aurais préféré évité de naître dans une famille pareille. Les êtres surnaturels me détestaient, il n'y avait que certains humains qui me voyaient comme héroïne... Mais j'étais rien de tout ça. Je ne voulais ni de l'admiration ni de la haine datant de plusieurs siècles. Je me fichais de leur pensée sur les chasseurs, je ne fichais de leur haine stupide par rapport à mon père, mon arrière grand père et qui sais-je, je ne voulais pas qu'on me catégorise dans tout cela. Je n'étais pas ainsi, je en voulais pas la mort de chacun vampire.

Si j'étais ici, avec mes armes, ce n'était pas anéantir quoi que ce soit, je voulais juste me défendre et défendre les innocents. Rien à voir avec eux, rien avoir avec nous... Il y avait tellement de personnes qui étaient morte entre deux feux, par vengeance, par choix... Mais comment avions nous pu accepter une telle chose ? Nous abattions petit à petit la seule raison qui faisait de nous, les êtres les plus forts du monde : Notre pureté et notre espoir. Nous l'avions détruite à petit feu à coups de couteaux verveineux, de pieux en bois et marre de sang. Mes ancêtres prétendaient vouloir défendre les principes humains, les valeurs et la morale humaine mais nous avions perdu tout cela en tuant... Nous n'étions pas mieux que quiconque pour ne pas dire pire.

Ce jour là, j'avais juste besoin d'un peu air, bientôt aura lieu la réunion familiale avec le tonton Claude psychopathe, la tata Patie sans empathie et le père qui ne se comportait pas comme tel, sincèrement, je n'étais pas vraiment motivée à y aller. J'étais partie avec mon appareil photo dans la fôret, j'adorais prendre des photos de cette endroit, il était si mystique. Je me baladais paisiblement entre les arbres, toute même attentive à ce qui m'entourait. Puis... Un hurlement, quelques autres et enfin un dernier, violent, il venait des tripes celui-ci. J'arrivais en courant vers lieu quand je découvris la scène et cette femme me faisant face.

Bien-sûr que je me doutais que c'était un vampire, elle avait encore du sang sur les lèvres mais je ne bronchais pas. Elle me regardait et je le voyais... Sa foutue tristesse qui anéantissait tout les être de ce monde... Qui détruisait toute lueur d'espoir chez n'importe qui, peu importait les années. Je fermais les yeux un court instant pour finalement m'approchais d'elle avec prudence, une main sur mon katana. « Je ne suis pas ton ennemi... Je ne veux pas te tuer d'accord ? Tu... Tu as le regard d'une ancienne amie, vampire... Je m'appelle Angela, Angela Peterson... Et toi ? » En effet, je me rappelais alors douloureusement de cette jeune vampire assassinée par l'un de mes confrères sans que je ne puisses rien faire... Je me souvenais surtout de la rage que je ressentis à ce moment là...

Cette femme était tellement incroyable, je l'aimais vraiment beaucoup. C'était un peu comme la seule amie sûre, la seule femme qui viendrait me sauver si un jour, j'avais eu un problème. Maintenant, elle n'était plus... Et moi, j'avais bien faillis perdre mon âme dans tout cela. Peu importait que nous étions, faire cela à une femme comme mon amie n'était pas humain... Et quand je voyais cette belle blonde, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que c'était pour cela que je croyais encore au fait qu'il y avait toujours de l'humanité chez les vampires... Et j’espérais de tout mon coeur que je ne me trompais pas parce que moi non plus, je n'étais pas prête à perdre la mienne, cette petite lueur qui voulait dire "Je veux vivre".  

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Rebekah Mikaelson

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 402
☇ Age : 21
☇ Localisation : Mystic Falls

MessageSujet: Re: Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson) Lun 21 Nov - 11:45


Stop crying your heart out

Rebekah Mikaelson & Angela Peterson


Que voit-on quand on ferme les yeux ?

Nos rêves. Nos désirs. Des illusions qui apparaissent et disparaissent aussitôt, nous emplissant d’espoirs et d’utopies qui jamais ne pourraient se réaliser. Ils nous emmènent dans un autre monde. Un monde qui n’appartient qu’à nous, un monde où tout est possible, où l’idée même du malheur n’existe pas. Un monde qui nous encourage à garder les yeux fermés pour toujours, et à nous cacher de la réalité, une bonne fois pour toutes.

Mais pour Rebekah, c’était différent. En fermant les yeux, elle voyait son monde se détruire. Ses rêves devenaient plus flous, comme s’ils n’avaient jamais existés. Comme si jamais elle n’avait rêvé de vivre. Elle tenta de tendre la main vers eux, elle ne voulait pas abandonner ses rêves. Non, elle ne laisserait personne lui prendre ça. C’était tout ce qu’il restait de sa personne. C’était ce pourquoi elle s’était toujours battue. Ce pourquoi elle avait toujours gardé espoir. Mais, finalement, elle céda. Elle se battait pour des illusions. Jamais elle ne parviendrait ne serait-ce qu’à s’approcher de ses rêves. Mais quels rêves, déjà ? Tout ça lui semblait tellement loin maintenant… Ses idées même semblaient se dissoudre dans les fin fonds de son âme.

Et puis, plus rien.

Rien que son âme, vide de tout rêve, de tout désir, de toute ambition. Vide de sens, donc. Vide de tout. Seul le silence régnait. Le néant de son esprit l’écrasait de tout son poids. Elle n’était plus qu’une ombre. L’ombre d’elle-même.

L’Originelle garda les yeux fermés. Elle avait arrêté de pleurer. Elle avait arrêté de crier. Son visage, ce visage qui pourtant était si expressif, ne reflétait plus aucune émotion. Plus de colère, plus de tristesse, plus de joie. Plus d’espoir qui ne menait à rien. A quoi bon ? C’était cet espoir qui la détruisait. Lentement, à petit feu. Alors peut-être devait-elle se débarrasser de lui avant qu’il ne se débarrasse d’elle.

Soudain, elle ouvrit brusquement les yeux, sortant du néant pour revenir à la réalité. Un bruit. Rebekah se releva aussitôt, essuyant d’un geste brusque et rapide les quelques larmes qui continuaient à couler sur son visage. Elle laissa ses traits vampiriques apparaître, laissant l’animal qui était en elle faire surface. Après tout, c’était peut-être tout ce qu’elle était. Un animal.

-  Je ne suis pas ton ennemi... Je ne veux pas te tuer d'accord ? Tu... Tu as le regard d'une ancienne amie, vampire... Je m'appelle Angela, Angela Peterson... Et toi ?

Telle une bête sauvage et farouche, elle lâcha un grondement quand la jeune femme s’approcha de quelques pas. Si elle n’était pas son ennemie, pourquoi avait-elle posé une main sur son arme ? C’était un mensonge. Bien sûr qu’elle voulait l’attaquer. Bien sûr qu’elle voulait la trahir. Comme tant de personnes l’avaient fait auparavant avec elle. Et Rebekah ne voulait plus être naïve. Elle ne voulait plus croire que l’on pouvait s’intéresser à elle pour ce qu’elle était vraiment.

- Je ne suis personne.

C’était spontané. Elle n’avait même pas réfléchi avant de parler. Peut-être aurait-elle dû. Parce que ces quelques mots traduisaient toute l’amertume qu’elle ressentait. Ces mots étaient comme des larmes de sang, plein de tristesse et de douleur, tout ce qu’elle ne voulait plus ressentir. Et pourtant, elle les ressentait. Ils étaient en elle, ces foutus sentiments, refusant de la quitter, ancrés en elle pour l’éternité. Jamais elle ne pourrait s’en débarrasser. C’était là tout le drame de son existence. Cet amas d’émotions qui prenait toute la place et qui l’empêchait de profiter de la vie comme n’importe quel autre vampire.
Elle recula encore, et détourna finalement le regard.

- Tu devrais partir. Tu ne peux pas me tuer.

Cette fois, elle avait tenté de contrôler sa voix, tant bien que mal. Mais le pouvait-elle vraiment ? C’était comme vouloir contrôler ses émotions, ses émotions qui semblaient sortir tout droit d’un volcan sans cesse en effervescence. Et personne ne pouvait contrôler un volcan.

Elle se mordit les lèvres jusqu’au sang. Elle ne voulait plus rien faire qui pourrait traduire son état d’esprit. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était que la chasseuse s’en aille. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était d’être seule.

Seule, avec ce néant qui lui ressemblait tant.

AVENGEDINCHAINS




Dernière édition par Rebekah Mikaelson le Sam 14 Jan - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson) Mar 10 Jan - 23:36



"Stop crying your heart out "

Tu n'es pas une mauvaise personne... Juste une bonne personne à qui il est arrivé de mauvaise chose - Sirius Black



ANGELA ! ANGELA ! N'aies pas peur de moi, tu te souviens ? Je suis ton amie... Je t'ai promis que je reviendrais et je suis là. Je t'en prie... Je t'en prie Angie, promet-moi de ne pas m'oublier même si je suis morte maintenant, même si j'ai besoin de sang pour être moi. Angie... Tu es tellement importante, ne m'abandonne pas.

Cette voix, elle resonnait dans ma tête comme le plus gros des fardeau, comme le souvenir d'une amie qui était devenue ce qu'elle détestait le plus, ce qu'elle avait chassé pendant tant d'années. Ce n'était finalement qu'un juste retour des choses. Bien-sûr que je n'allais pas la tuer, ni même l'abandonner. Cette fille, peu importe qui elle était en ce jour, elle était avant tout mon amie. Le regard de cette femme se tenant devant moi, me rappeler exactement elle. J'en vis tout au long de ma vie, du désespoir dans les yeux de chaque vampire. Aucun d'eux ne méritait de vivre ça et je ne voulais qu'une chose, les soulager de leur problèmes. Si la solution était la mort alors je faisais ce que je devais. C'était cela aussi être chasseuse. Je n'en étais pas une, pas à l'image de mon père tout du moins. J'étais l'exacte équilibre entre le chasseur et la compréhensif. Je n'étais dans aucun des camps, je défendais les personnes qui le méritaient à mes yeux. Ce n'était pas plus compliqué. J'étais dans mon propre camps, nul part ailleurs.

Cette femme me faisait terriblement de la peine. Elle semblait si démunie, si perdue. J'enlevais doucement ma main de mon arme. Je ne risquais rien, j'en étais presque sûre. Si je devais mourir maintenant alors j'en voudrais à ma vanité. Elle se présentait comme "Personne" comme si il n'était rien, ni personne. Cette belle blonde ne vivait plus, elle était épuisée de vivre ainsi. Comment ne pas l'être ? Les vampires étaient tous vu comme les choses qu'ils n'étaient pas. Il y en avait toujours pour montrer la cruauté de la race et comme bons humains que nous étions nous en fîmes une généralité. La réalité demeurait autres. Il semblait être plus simple de hair sans en connaître la nature. Je connaissais l'histoire des vampires, je l'avais appris par coeur comme celle des loups et des sorcières. Mes aptitudes en chasse ne se devait pas uniquement à mon entrainement, mon côté studieux me permit de me sortir de situations plus que délicates.

Ce qui était sûr, ce trouvait en face de moi. Cette femme s'anéantissait et se détestait. Je posais mes armes par terre pour lui montrer ma bonne foi. C'était bien entendu très risqué. J'en connaissais les risques. Je ne serais pas Angie si je ne les prenais pas. Le malheur, je le sentais pesant sur ses épaules comme une encre tombant dans le sable. Elle me fendit le coeur rien qu'avec les expressions qui se discernaient sur son beau visage. Je ne souhaitais pas lui faire du mal. Rien de tout cela, je voulais uniquement lui donner un peu d'aide. Personne, peu importait qui nous étions devait souffrir comme elle. Consciente ou pas, humaine ou pas, femme ou pas, personne ne méritait d'avoir une malédiction sur les épaules, ni même une quelconque peine sur les épaules. Ces dernières paroles m'achevèrent. Elle semblait autant désespérée qu'anéantis. Comme si, elle-même voulait en finir.

Je la regardais. Petit à petit, mon visage se décomposait. Je ne voulais pas la tuer... Comment pourrais-je faire une telle chose ? Je n'étais pas de ces lâches, je ne tuais pas par plaisir, je ne tuais pas non plus parce que mon instinct me dictait de le faire, je ne tuais pas suite à une transformation. Toutes les morts que je possedais sur la conscience n'était que de ma propre et triste volonté. Je n'avais aucune excuses et ma moralité me le rendait bien.  

« Je... Je ne ferais jamais une chose pareille... Je sais ce que vous pensez des chasseurs mais, je ne suis pas ainsi. Je ne ressens aucun plaisir ni même besoin de tuer toutes les créatures que je croise... Encore moins une vampire en peine. Je ne suis pas là pour vous tuer ou pour vous faire du mal, il semblerait que vous n'ayez pas besoin de moi pour cela... Et je me demandes seulement ce qu'une femme en pleure au beau milieu de la nuit vient faire. Je me fiches que vous soyez vampire ou non... Car vous êtes une femme avant toute chose. Je n'ai plus aucune arme sur moi, je les ai posé. Peu importe depuis combien de temps vous êtes en vie. Vous avez une identité, des amis, une famille qui savent qui vous êtes, qui se souviennent de vous comme la plus belle des choses dans leurs existences, comme l'unique personne sur laquelle ils peuvent côtés. Et si vous n'avez personne qui pensent cela de vous alors, c'est juste qu'ils ne se rendent pas compte de votre bonté. Vous ne méritez pas de pleurer, peu importe ce que vous avez fais, je m'en contre-fiche. Ca n'a aucune importante, absolument aucune. Car ce n'est pas les actes qui font la pureté mais bien la pensée. Alors, si un jour, vous ne vous sentez pas bien alors, n'hésitez plus, ne restez plus seule et venez... J'habite au Sunset. Personne ne mérite d'être seul...  »
 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson)

Revenir en haut Aller en bas

Stop crying your heart out (ft. Angela Peterson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 02. Crying shame [sujet terminé]
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» 05_ i just can't stop loving you
» Berry Angela Chester ~ [En cours]
» The way of the heart.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - Flood & Co - :: Les archives :: Les rps finis & Abandonnés-