AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez| .

dark stars (neven | anina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: dark stars (neven | anina) Sam 27 Aoû - 2:31



dark stars
I've looked a long time to find you, I drifted through the universe, just to lay beside you. Anywhere you want me to take you, I'll go But there's things about me that you just don't know.

A l'heure de sa pause, Anina était venue s'adosser à la façade du MB. Lentement, elle avait glissé jusqu'à pouvoir s'asseoir sur le bitume encore humide, et laisser ses paumes blessées entourer ses genoux cabossés. Elle avait l'air pathétique pliée en quatre à même le sol mais elle n'avait pas l'air d'y faire attention. Fatiguée, elle était même exténuée, le regard vaguement dirigé vers la lune, ronde, brillante, troublée seulement par moment par le passage d'un nuage noir. Le ciel était cruellement sombre, les étoiles peinaient à éventrer sa noirceur. Les jours qui précédaient la pleine lune étaient toujours assez chargés en travail. La population de loups-garous n'avait pourtant pas vraiment explosé ces dernières années... Au contraire à plusieurs reprises, on les avait crus décimés. Mais il en restait toujours quelques uns soumis au rythme lunaire, tout juste assez nombreux pour former une meute, tout juste assez nombreux pour être dangereux. Les habitants ouverts aux croyances surnaturelles se pressaient tous au Magix pour récupérer des paquets emballés de papier kraft, ficelés comme des cadeaux de Noël... Toute la journée Anina en avait confectionnés. Les mains gantées, elle avait manipulé une quantité impressionnante d'aconit tue-loup sauvage importée d'un état un peu plus au nord, où l'espèce proliférait encore. Ses doigts étaient courbaturés à force de tordre la corde. Elle baissa les yeux sur le creux de ses paumes. Un soupçon d'horreur passa dans son regard ambré quand elle remarqua la brûlure mortelle qui s'y dessinait.

Les gens ouvraient les paquets sans jamais toucher la plante et ils le déposaient au choix sur les rebords des fenêtres ou sur le pas de l'entrée. Une vieille croyance voulait que la simple présence d'aconit près d'une habitation éloigne catégoriquement les lycans. Anina savait l'information être au moins en partie fausse, mais la légende profitait au business du directeur du Magix Box, alors celui-ci la reconduisait tous les mois. Maintenant il n'avait plus le choix ; les gens s'étaient habitués, ils réclamaient leurs commandes pour les soirs où l'on entendait le hurlement des loups dans la forêt de Sevenoaks. Enfin pas tous... Un matin, une vieille dame s'était pointée, effondrée, avec le cadavre d'un chat dans les bras. Il avait été empoisonné par la plante violette et en était mort en quelques heures. Anina eut un frisson à cette pensée.

Les yeux de la jeune sorcière se fermèrent lentement alors que toute sensation quittait son bras droit. Elle inspira et expira profondément, essayant de vaincre la confusion qui l'empêchait de visualiser la page de son herbier qu'elle avait consacré à la tueuse. Ses lèvres se pincèrent et finirent par se mouver avec lenteur pour réciter le début prometteur une incantation protectrice avant que le venin de la plante ne gagne plus de terrain. Mais la deuxième partie de la formule se dérobait toujours à elle... Agacée et fiévreuse, Anina rouvrit les yeux et tenta de se redresser pour retourner à l'intérieur de la boutique et laisser son supérieur régler le problème ; mais seulement trop affaiblie par le poison, elle tituba et manqua d'embrasser le macadam. Sa vue troublée discerna une silhouette s'approchant. Malgré les symptômes, la jeune sorcière qui savait que son heure n'était pas encore venue, esquissa un semblant de sourire : il n'était Saint Pierre, mais il aurait facilement pu être un ange.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dark stars (neven | anina) Mar 20 Sep - 18:20



Encore un soir passé seul à errer dans les rues de la ville. Mais cette fois-ci, mon égarement n’était pas tout à fait dû au hasard. Quelques jours plus tôt au musée j’avais fait une rencontre qui m’avait précisément envoyé sur Mapple Street.
Ce jour-là mon patron m’avait exceptionnellement missionné pour travailler la journée. N’ayant pas vraiment le choix, j’acceptais. Assis à mon poste de surveillance, me laissant aller à l’ennui (et à l’endormissement prochain) j’aperçus du coin de l’œil une étrange femme.

Longs cheveux gris (et sales), gilet marron informe et bottes en caoutchouc elle ne semblait clairement pas de première jeunesse. Mais ce n’est pas cela qui m’interpella. Alors que je l’observais, je me rendis compte qu’elle parlait toute seule devant une fleur. Je pensais d’abord qu’elle était sénile (ce qui au vu de son apparence était crédible) et me contentai de l’observer d’un œil moqueur. Enfin une distraction.

Cela faisait maintenant une minute qu’elle était plantée là. Sacrée conversation pour quelqu’un qui parlait à une fleur. Je tendis l’oreille pour comprendre ce qu’elle marmonnait et entendu qu’elle parlait dans un langage inconnu, une sorte de latin. Bizarre. Décidément de plus en plus intrigué, je décidai d’aller lui parler.

« Tout va bien Madame ? »

Pas de réponse.

« TOUT VA BIEN MADAME ? »

Elle se tourna brusquement vers moi les yeux grands ouverts me faisant presque peur. Elle m’examina de haut en bas et se remit à marmonner en latin. Après quelques secondes elle me dit quelque chose qui allait tout bouleverser :

« C’est Geneviève Marivau que tu cherches pas vrai ? »

Je restais sans voix, complètement choqué et le cœur à cent à l’heure. Comment cette femme pouvait-elle connaitre le nom de mère ? . . . S’ensuivit une longue conversation ou elle m’expliqua tout (ou presque) sur le monde surnaturel qui existait au-dehors de ces murs.
Voilà pourquoi je me retrouvais ici à Mapple street cherchant des pistes. Évidemment le destin se mit encore une fois en travers de mon chemin. Marchant d’un pas décidé, je vis à quelques mètres de moi une jeune fille ensanglantée adossée à un mur. Je m’arrêtai devant elle essayant de garder mon sang-froid tant que possible devant sa mine pâlissante. Elle me sourit timidement. Malgré ses traces de sueurs et son teint quasiment cadavérique, son insolente beauté me troublait. Je ne laissai rien transparaitre pour autant.

Elle m’expliqua s’être blesser au travail. J’eut du mal à la croire mais fit semblant pour ne pas la brusquer. J’enlevai mon sweat et lui fit du mieux que je pus un bandage pour sa blessure. J’étais complètement impuissant devant la détérioration (trop) rapide de son état de santé.
C’est alors que j’eus une idée. Je la pris dans mes bras et l’emmenai au musée, priant pour que la femme aux fleurs y ait fait une entrée surprise . . .
Revenir en haut Aller en bas

dark stars (neven | anina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dallas' Stars
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - Flood & Co - :: Les archives :: Les rps finis & Abandonnés-