AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez| .

« - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Stefan Salvatore

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 274
☇ Localisation : Près d'une source de sang frais.

MessageSujet: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Sam 10 Sep - 22:15

We dont wanna leave, no, we just gonna be right now; And what we see, is everybody's on the floor acting crazy getting lurker to the lights out. Music's on, im waking up, we stop the vibe, and we bump it up. And it's over now, we got the love, there's no secret now, no secret now. And we gonna let it burn. - Freya & Stefan - The Story Begins

« I'm a slave to your games »


Blonde. Ensorcelante. Intrigante. Songe. Sombre. Inconscient. Surprenant. Depuis un certain temps, je rêvassais d'une femme dont jamais, je n'oublierais son visage. J'avais gardé cette partie secrète prétextant ne pas à chercher de réponses concernant des stupides rêveries. Floutées, nettes, nos rencontres étaient angoissantes, déroutantes, amusantes, c'était véritablement flippant de rêver d'une inconnue, d'un mirage ! Surtout que cette entité se mélangeait à mes diverses pensées divagantes sur le sujet sensible de Katherine Pierce. Pourtant, lors d'une vadrouille nocturne, j'étais persuadé d'avoir croiser son visage.

C'était réel. Palpable. Je ne rêvais pas. Elle s'était juste arrêtée sous l’éclairage d'un lampadaire pour chercher sa route tandis que à l'abris des regards indiscrets, les crocs plantés dans le cou de Virginie, j'observais la scène. J'écoutais le bruit de la chute de la demoiselle claqué au sol et marchais instinctivement vers la silhouette. Mais elle m'échappait dans ma filature, perdu, je confondais alors la réalité avec les rêves. Les nuits suivantes, je n'arrivais pas à succomber à Morphée, je réfléchissais, à tout et n'importe quoi. A la ruelle sombre. Le sang humain me rendait-il fou au point de voir des hallucinations ? Serais-ce un coup tordu de ma mère et de ses sbires d'hérétiques ?       

The Street. C'était l'heure la plus noire de la nuit. Les mains enfoncées dans les poches de mon jean noir, j'arpentais les rues de Mystic Falls baignées par le clair de lune. Les façades pastel de ses maisons californienne et la bonhomie superficielle de ses habitants avaient du mal à masquer les événements terribles qui s'y produisaient. Un nombre incroyable de gens mourraient dans des conditions particulièrement brutales. C'était plutôt avantageux pour effacer mes empreintes sur mon passage, même si la mise en scène pouvait être le cas d'un serial killer en liberté. La pendaison était mon nouveau passe temps favori, jouer le son de la mort à l'aide de corde de piano était agréable pour un amateur de musique. Toujours en prenant soin de les vider de leur sang, et de rassembler leurs identités pour ne perdre aucun souvenir pour l'autre Stefan - un petit cadeau à soi-même -. Je marchais sans but précis, puis un couple arriva en face de moi, un long sourire aux lèvres naquit quand j'arrachais leurs jugulaires sans scrupule. Je viendrais récupérer leur corps plus tard ou pas car j'étais d'humeur à aller boire quelques verres au Grill. Pourquoi pas aussi participer à un jeu de fléchettes et surtout me réjouir du malheur des autres. Je faisais abstraction du monde extérieur préférant savourer les effets du sang dans mon esprit.

Tout d'un coup, mon corps s'entrechoquait avec quelqu'un, un parfum qui ne mettait pas inconnu. Instinctivement, je fis apparaître mes veines sous mes yeux assombris et dévoilais mes crocs acérés. Quand j'ouvrais mes yeux noirs, je fus étonné de voir qui était l'inconsciente. C'était elle. Avec spontanéité, je lâchais à haute voix : « - Et c'est reparti, là maintenant j'ai pas envie de jouer, tu vois », une réplique qui était réservé à mon subconscient. Je ne bougeais pas tentant de savoir si c'était la situation était bien réelle. Alors sur un air désinvolte, j’enchaînais avec une once de dérision : « - Si la demoiselle veut bien s'écarter de mon passage, et mourir ailleurs ! Cela serait fort appréciable » suivi d'un léger grognement.           



©Pando




The One & Only Rippah
Nightwish ☽ Greatest thrill, not to kill. But to have the prize of the night. Hypocrite, wanna be friend. 13th disciple, who betrayed me for nothing. Last dance, first kiss. Your touch, my bliss. Beauty always comes with dark thoughts.


Dernière édition par Stefan Salvatore le Jeu 5 Jan - 10:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freya Mikaelson

avatar
- I'm a Witch -


☇ Messages : 89
☇ Localisation : Auprès de ma famille

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Dim 11 Sep - 1:24

You'll never known the psychopath sitting next to you. You'll never known the murderer sitting next to you. You'll think, "How'd I get here, sitting next to you?" But after all I've said, please don't forget. - STEFAN & FREYA -

I'm a slave to your games


Déjà une semaine bien remplie s'était écoulée. J'avais eu le temps de prendre mes marques dans ce grand manoir. Ma chambre arrangée, ma place au sein de la famille Mikaelson reprise, et la constatation que tout allait pour le mieux -ou presque- pour eux. Dahlia était loin, du moins j'osais l'espérer. Mais cela ne suffisait pas à plonger mon cher frère en confiance, alors il demeurait toujours ce même tyran. Comment voir Niklaus autrement ceci dit ? Il me rabâchait sans cesse que mon rôle dans cette maison n'était autre que de trouver le moyen de sauver sa fille "fraîchement retrouvée". Si seulement il savait que c'était moi l'auteure du sort qui en a fait une merveilleuse et jolie jeune fille... Voilà bien un secret qui se devait d'être garder, c'était littéralement une question de vie ou de mort.

Mes pas s'engageaient dans les rues de Mystic Falls, bien que je cherchais encore un peu ma route. La lune à son zénith, je rejoignais le fameux bar-restaurent dont je me souvenais à mon arrivée en ville. Un endroit fort sympa sur lequel résonnaient les quelques mots d'Elijah : Vas prendre du bon temps grande sœur, à peine arrivée et tu n'as pas eu l'occasion de profiter de ce retour à la liberté. Le léger rire à cette proposition me ramena bien vite aux ordres du cadet légèrement extrême. Cependant ce soir je ne voulais que m'amuser et peut-être rencontrer quelqu'un qui pourrait me rappeler ce qu'est le fait de se laisser courtiser.

J'arrivai à pas d'heure lorsque sans même prendre le temps de m'asseoir j'enchaînai un verre d'un cocktail mélangeant ce drôle d'alcool qu'était le rhum et plusieurs jus de fruits. Un véritable délice pour les papilles. Je ne me fis pas prier pour rejoindre la piste de danse où un bellâtre qui représentait la normalité absolue m'offrit un shot de whisky. Peu farouche, j'accepte le premier, puis le deuxième, jusqu'à ce que les petites bouffées de chaleur ne me donne l'envie de prendre l'air. Accompagnée par mon partenaire je restai plantée devant le Grill et le laissai me complimenter malgré le petit coup dans le nez qui montait à la tête. Mon regard glissait entre son regard et ses lèvres, je ne pouvais pas affirmer qu'il ne me plaisait pas mais il ne pouvait pas être l'homme de ma vie. Je me mordis la lèvre lorsque mon index droit vint se poser sur celles de mon ami. « Excuse-moi, il faut que je rentre. » J'acquiesçai sa déception qu'il tentait de dissimuler par des sourires et une politesse à toute épreuve qui le poussait à proposer de me raccompagner. J'acceptai sans trop de difficulté, appréciant la gentillesse et le laissai aller sans plus attendre chercher nos quelques affaires.

Je parcourrai mon regard à travers la rue tandis qu'en arrivant à ma gauche mes pieds se firent plus faibles sous une pression inconnue. Je n'étais pas saoul à ce point tout de même. Je fis volte-face et levai le regard sur cet inconnu. Une légère pression s'empara instantanément de mon cœur. La bouche entrouverte j'eus comme un flash, un instant de déjà vu, une montée de chaleur que je n'avais encore jamais connu. Mon souffle reprit lentement après quelques secondes à l'observer je tournai la tête derrière moi pour tenter de comprendre. En revenant à lui je reculai d'un pas et refermai mes lèvres. Veines et crocs à découverts, nul doute possible : un vampire. Je paniquai un peu à l'idée que quelqu'un d'autre puisse nous voir, et certainement mon ami parti chercher mon sac. Je l'embarquai à deux mains jusqu'au coin de la rue parallèle et le relâchai en le poussant doucement. « Je ne sais pas à quoi vous jouez monsieur mais je doute que cette méthode soit judicieuse. Et... » Je fis un tour de tête pour regarder en arrière avant de revenir : « Je crois que vous me confondez avec quelqu'un d'autre. »

Mes mains étaient mises en garde mais je ne pouvais pas cacher l'interrogation sur mon visage. Je l'avais déjà vu, j'en étais sûre. Mais il m'était impossible de retrouver où et quand. L'alcool avait eu donc tant d'effet sur moi ? Subjuguée par ses yeux assombris ou bien par ses crocs acérés, je maintenais mon regard clair sur le sien. Mes instincts de sorcière aux aguets, je finis par me détourner de quelques degrés tandis qu'un souffle étouffé traversa l'air autour de nous. Une bien drôle de tournure prenait cette soirée, mais je comprenais mieux les mots de mes frères à propos de cette ville si étrange.

©Pando


Such a funny thing to try to explain

Your touch for me looking so crazy right now, your kiss got me hoping you'll save me right now. Got me looking so crazy in love.


Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 274
☇ Localisation : Près d'une source de sang frais.

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Ven 16 Sep - 22:45

We dont wanna leave, no, we just gonna be right now; And what we see, is everybody's on the floor acting crazy getting lurker to the lights out. Music's on, im waking up, we stop the vibe, and we bump it up. And it's over now, we got the love, there's no secret now, no secret now. And we gonna let it burn. - Freya & Stefan - The Story Begins

« I'm a slave to your games »


J'avais donc tiré le mauvais numéro, ce soir, pour planter mes crocs dans le cou d'une charmante inconnue. Triste constatation. Tandis que mon regard sombre ne quittait pas la gestuelle de mon interlocutrice, celle-ci ne semblait pas être ignorante du monde surnaturel. Je ne fus pas étonné de ce comportement à la vue de la situation réelle et irréelle. Vraiment dommage, je me réjouissais déjà du premier cri de stupeur, ce cri qui faisait simplement monter l’adrénaline. Mais le contact de ses mains accentuait la vérité que je commençais à redouter intérieurement. Déstabilisé par sa présence, je tentais de rester concentrer sur mon addiction et suivais sans rechigner la demoiselle. Ce n'était pas plus mal, elle me facilitait la tache en s'éloignant du peu de civilisation que pouvait offrir Mystic Falls avec ses rues désertes.

Je camouflais alors un rire moqueur quand je reniflais l'odeur de l'alcool sucré, son sang ne sera que meilleur dans ce cas-là. Je détectais aussi que sa voix était emplie d'innocence, d'imprudence, la proie idéale ! C'était dangereux, elle risquerait d'avoir un sacré mal de crâne demain matin, si elle arrivait à retrouver les morceaux, et pourtant.. . Judicieux ? Ici à Mystic Falls, ce mot avait été retiré du lexique depuis bien longtemps. Plus rien n'avait de sens. Rien. Hm. Confondre ? Impossible, j'étais assez physionomiste ou pas. Peut-être une histoire de double ? Le corps, mais pas l'esprit ? Un esprit enfermé ? Un fantôme ? Alors que je dévisageais la demoiselle pour ne garder que ses yeux un peu rougeâtres,  j'entendis un bruit sourd. Serait-ce le bon numéro cette fois-ci ? Un sourire aux lèvres naquit. Ce n'était pas le moment de me déranger.   

Peu importe, je ne voulais pas la voir m'échapper, je voulais savoir qui elle était et quel goût elle avait. J'avançais alors d'un pas pour me retrouver à la même distance que la première fois, et l'empoigner fortement par la gorge. J'allongeais mon sourire : « - Je suis Stefan Salvatore » disais d'une voix amusée. Instantanément, j’effaçais mon rictus pour lâcher  « - Mais ce n'est pas le plus important. Qui es-tu ? » en la questionnant du regard. Mon emprise était de très courte durée puisque « Incendia » sifflotait dans ce fichu murmure. Je reculais donc instinctivement sentant les picotements de chaleur me parcourir le corps. C'était mieux que l'eau, dans tous les cas et constatais aussi que j'étais le seul à être viser. Je cherchais autour de moi le responsable pour le voir sortir de l'ombre. La voir sortir, ma mère avait décidé de s'accorder une pause loin du reste de sa famille d'hybrides. Je grinçais des dents et sur un ton sarcastique :  « - Tu te joins au repas maman ? ». Lily préférait continuer son petit tour de magie : « Aerodux motus », repoussant ainsi ma compagnie plus loin. Je suivais son corps et me retournais brusquement, prêt à me jeter sur ma mère ! Mais, je n'avais pas le temps de faire un mouvement, que je sentais ma nuque se briser. De quoi allais-je rêver ?  
 


           

©Pando




The One & Only Rippah
Nightwish ☽ Greatest thrill, not to kill. But to have the prize of the night. Hypocrite, wanna be friend. 13th disciple, who betrayed me for nothing. Last dance, first kiss. Your touch, my bliss. Beauty always comes with dark thoughts.


Dernière édition par Stefan Salvatore le Jeu 5 Jan - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freya Mikaelson

avatar
- I'm a Witch -


☇ Messages : 89
☇ Localisation : Auprès de ma famille

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Sam 17 Sep - 17:47

You'll never known the psychopath sitting next to you. You'll never known the murderer sitting next to you. You'll think, "How'd I get here, sitting next to you?" But after all I've said, please don't forget. - STEFAN & FREYA -

I'm a slave to your games


Avez vous déjà eu l'impression de déjà-vu si forte qu'elle vous prend jusqu'aux tripes et vous paralyse. C'était exactement ce qui me maintenais droit devant mon prédateur. Je savais pertinemment à son regard, à sa manière, à ses crocs sorties que j'étais devenue une proie. En plus de mille ans d'existence, ceci ne m'était jamais arrivé, aucun vampire ne s'était approché pour tenter de goûter à mon nectar de vie. Mais mon esprit était concentré sur cette vision qui voulait sortir et faire exploser mon subconscient. Mes mains relâchèrent leur crispation pour devenir plus souples. J'étais comme hypnotisée, soit quelque chose d'impossible pour une sorcière de mon rang. Stefan Salvatore... Qui était-il ? Pourquoi avait-il l'air de me connaître ? Et cette impression d'être en possession de chacun de ses secrets alors que je n'avais même pas son nom dans la caboche. Il n'était pas un homme de mon passé, en vérité si c'était le cas il serait probablement déjà mort, assassiné par Dahlia. Comment était-il possible que je ne me souvienne que de sa présence familière mais que le reste m'échappe ? C'était un sentiment particulièrement frustrant et qui déjà ne me mettait pas de bonne humeur.

Son contact sur la peau de mon cou me rendait folle et me coupait le souffle. Littéralement, bien sûr. Ses doigts compressaient ma gorge un peu plus à chaque seconde. Au moins, il avait réussi à me sortir de mes pensées et à capter mon attention. La circulation de mon sang ralentit puisque la régulation des battements de mon cœur commençait à faillir. Une toux sèche 'arrachait l’œsophage tandis que mes mains s'efforçaient de se détendre. Les doigts fins au bout de celles-ci s'emparèrent sans scrupule du poignet de mon chasseur mais je contenais ma colère. Après tout je préférais tenter la discussion avant de laisser libre cours à ma rage. En gentille fille, je murmurais d'une voix sourde : « Freya... » Mais un autre souffle attira mon oreille, et me coupa dans mon élan. Une incantation. Une sorcière. Une sauveuse ? Je pris une grande bouffée d'air lorsque le vampire lâcha son emprise sur ma respiration. J'observais la scène d'un regard suspicieux et tentant de masquer les toussotements qui débouchaient mes voies respiratoires. Mes pieds reculèrent instinctivement à la remarque de mon assaillant et je relevai les yeux sur cette femme. Ma naïveté n'était pas si infaillible puisqu'en cet instant, dans son regard, je pus lire que je ne serais pas encore tranquille. Mais sa deuxième incantation me fit écarquiller les yeux et je plaçai mes mains devant moi de part et d'autre pour essayer une défense. Trop tard, mon corps se souleva et alla se fracasser sur un mur un peu plus loin.

Je savais que j'étais résistante mais cette fois je ne pus masquer les gémissements de douleur qui s'échappaient d'entre mes lèvres. Retombée par terre, je soulevai mon regard, cette fois en colère, sur le corps inanimé de l'homme. Époussetant mon visage du peu de poussière, je m'appuyai contre le mur pour me relever. Un sourire forcé s'affichait mais ne dura pas bien longtemps lorsque mes doigts ne trouvèrent pas mon pendentif autour de mon cou. La panique enlaça mon estomac et mes yeux effrayés parcouraient le sol. « C'est ça que tu cherches j'imagine. » La garce. Mes mâchoires s'entrechoquèrent lorsque je fis volte-face pour observer mon collier entre les doigts de la vieille femme. Il n'était plus question de passer par quatre ou cinq chemins, je tendis la main, la prévenant de ma colère grâce à l'expression de mon visage. « Qu'est ce que vous voulez ? » Son sourire large et amusé me faisait littéralement bouillir de l'intérieur. Je n'étais pas encline à plaisanter, mes lèvres s'ouvrirent de nouveau pour cracher une insulte mais finalement elle me coupa une fois de plus dans mon élan. « Je sais qui tu es, Freya Mikaelson. Je ne m'attendais pas à une enfant mais après tout ce n'est pas très étonnant. » Constatant que je ne récupérerais pas mon précieux bien en diplomatie, je rabaissai mon bras mais l'interrogeai du regard. « Qui je suis n'est pas important. Le fait est que je connais ta tante. Dahlia ? Grande sorcière. » Mon cœur fit un bond de trois mètres dans ma poitrine lorsqu'elle prononça ce prénom qui durant plus d'une dizaine de siècle me rendait l'échine glaciale. Je restai toujours silencieuse, bien que mon regard s'était assombri, et l'incitait à poursuivre. « Vois-tu... Je vais avoir besoin de toi pour mon cher fils. Alors si tu veux bien nous suivre sans faire d'histoire, je t'en serais d'une grande reconnaissance. » Je n'étais pas complètement naïve, et surtout je n'étais pas complètement gentille. Je secouais lentement la tête en voyant des sbires qui avaient plus l'air de petits chiens dressés et je levai subitement les mains, les doigts vibrant de magie : « Gravi corde. » Aussitôt j'entendis le doux son d'un cœur s'arrachant de son corps, celui de l'un des toutous de l'autre puissante sorcière. Je n'avais aucune idée de ce qu'ils étaient tous mais ils n'allaient pas me toucher. L'ordre de la sorcière à quelques mètres de moi indiqua aux autres de ne rien faire tandis qu'elle lança un simple geste de la main en ma direction. « Je ne voulais pas en arriver là, mais soit, jeune fille. » Je réitérai mon sort mais cette fois rien ne se passa. J'ouvris les yeux vivement pour remarquer le bracelet en acier noir et empli de source magique qui coupait mes pouvoirs. Je tentai de le retirer en l'arrachant de mon poignet mais en vain. « Le marché est simple. Tu nous accompagnes et je n'appelle pas ta tante. Et pour éviter que nous fassions les frais du venin légendaire d'une Mikaelson... » Je n'en dis rien et ne fis que grogner jusqu'à ce que je vois la main de mon adversaire se lever et s'ouvrir. En un souffle vif de la part de la femme, le vis autour de moi une fumée de poudre blanchâtre. Mon corps devenait lourd, si lourd que je me laissai tomber dans les bras d'un de ses hommes. Cette garce avait osé m'endormir.

©Pando


Such a funny thing to try to explain

Your touch for me looking so crazy right now, your kiss got me hoping you'll save me right now. Got me looking so crazy in love.


Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 274
☇ Localisation : Près d'une source de sang frais.

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Ven 23 Sep - 22:20

We dont wanna leave, no, we just gonna be right now; And what we see, is everybody's on the floor acting crazy getting lurker to the lights out. Music's on, im waking up, we stop the vibe, and we bump it up. And it's over now, we got the love, there's no secret now, no secret now. And we gonna let it burn. - Freya & Stefan - The Story Begins

« I'm a slave to your games »


Les poignets fermement attachés sur une chaise grinçante en bois, les frappes sans ménagement de Lexie sur mon visage des plus provocatrices me laissèrent un arrière goût amer. Le visage satisfait de ma mère me fit grincer des dents, je ne pouvais pas contenir mon regard assassin envers ma progénitrice. Que faisais-je là ? Non, je ne voulais pas revivre cet enfer-là. Je ne voulais pas redevenir l'ancien Stefan, je ne voulais pas voir Lexie comme cela. Je ne voulais pas revenir en arrière, jamais. Alors que je laissais échapper des sons agressifs de mécontentement, j'ouvrais brusquement les yeux pour apercevoir un plafond. Un ralliement de douleur suivi mon souffle de renaissance, tandis que je crachais abondamment du sang. J'étais à deux doigts de mourir une nouvelle fois en m'étouffant avec mon propre sang. Mais je ne voulais pas mourir étouffer avec un liquide - pas encore -, alors je luttais pour ne pas vaciller du regard. Je plantais alors mes ongles au sol sentant cette douleur infernale me broyer les organes, puis j'approchais faiblement une main du pieu qui était logé dans ma poitrine près de mon cœur. Je fermais les yeux et arrêtais toute respiration pour le retirer d'un coup sec et l'envoyer à l'autre bout de la pièce.

Basculant sur le coté en grognement, j'observais les alentours pour remarquer l'endroit familier. Qu'est-ce que je faisais ici chez moi dans la pénombre ? Alors que je me remémorais la nuit passée, je portais une écoute attentive sur un battement de cœur, je n'étais pas seul. L'obscurité n'avait pas de secret pour les vampires, alors j'écoutais scrupuleusement cette fois-ci ce son si appétissant. Que fut ma surprise de sentir ce doux parfum qui ne m'était pas inconnu. Que faisait-elle ici ? Pourquoi ma mère l'avait laissé avec moi ? Un cadeau pour retrouver des forces ? Ou était-ce pour elle ma dernière victime ? Elle pouvait toujours rêver, je préférais mourir définitivement.

Je cherchais l'humaine du regard légèrement affolé et rassuré de la voir encore vivante. Mais pour combien de temps ? Je n'allais pas rester faible longtemps puisque j'avais en tête de saigner.. Freya. Elle s'appelait Freya, je me souvenais de son soufflement de voix dans mon oreille et de ce sentiment si déroutant à son contact. Pourtant, je voyais déjà son identité se rajouter sur le mur de ma chambre. Après tout, ce ne sera qu'une victime de plus et sans importance. Peut-être que j'avais rêvé d'elle - plusieurs fois -, pour justement savourer sa mort ? Qui sait ?

Mais serait-ce encore une rêverie ? Mes doigts venaient alors à s'enfoncer dans ma poitrine pour hurler de douleur puis dans un grognement menaçant : « - Je veux sortir de cette réalité. Alors pars et laisse moi tranquille. Tu ne peux pas être là, c'est impossible » en laissant couler un filet de sang sur le sol. D'un seul coup, je me relevais avec vivacité et me rattrapais au mur avec une certaine difficulté, mais je sentais que je reprenais des forces grâce à l'image de mes crocs plantés dans la jugulaire de la belle inconnue. Un éclat de rire nerveux  s'arracha de mes lèvres : « - Je t'accorde un dernier souhait avant de mourir Freya, parce que crois-moi j'ai un appétit de chacal ». Je voulais sortir d'ici au plus vite, je voulais fuir en laissant son cadavre ici.      


     

©Pando




The One & Only Rippah
Nightwish ☽ Greatest thrill, not to kill. But to have the prize of the night. Hypocrite, wanna be friend. 13th disciple, who betrayed me for nothing. Last dance, first kiss. Your touch, my bliss. Beauty always comes with dark thoughts.


Dernière édition par Stefan Salvatore le Jeu 5 Jan - 10:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freya Mikaelson

avatar
- I'm a Witch -


☇ Messages : 89
☇ Localisation : Auprès de ma famille

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Jeu 29 Sep - 20:10

You'll never known the psychopath sitting next to you. You'll never known the murderer sitting next to you. You'll think, "How'd I get here, sitting next to you?" But after all I've said, please don't forget. - STEFAN & FREYA -

I'm a slave to your games


Je sentais les bras de Morphée se desserrer et mon sommeil se dissiper mais je ne voulais pas quitter mon rêve. La chaleur que celui-ci me procurait me réconfortait et je n'avais finalement qu'une envie, c'était de rester dedans. J'avais pourtant bien conscience qu'il ne s'agissait que d'un songe mais je voulais y croire dur comme fer. Pourtant il était là. Ce même homme qui revenait de temps en temps depuis que j'étais arrivée à Mystic Falls. Une grande allée fleurie, de part et d'autre des bancs blancs, et une silhouette qui s'avançait et se laissait découvrir. Je m'y sentais bien, apaisée et normale. Il n'y avait plus de peur, plus de Dahlia, plus de conflit. Une impression de plénitude lorsque deux mains attrapaient mon visage avec douceur. Mathias, était-ce toi qui venait me hanter ? Si tu savais comme je suis désolée d'avoir avancé sans toi et de t'avoir laissé dans mon passé. Finalement la seule chose qui me retient encore à ton souvenir est cet enfant que nous aurions dû avoir. Mon seul regret. Mais au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient et que tu avançais je découvrais un autre visage : Celui de ce vampire que j'apercevais de mon regard embrumé et sortant à peine de ce rêve.

La réalité n'était plus aussi belle et immaculée. Aussitôt que je me rendais peu à peu compte de la situation dans laquelle je me trouvais, les brides de mes songes s'échappant dans l'oublie, il ne me restait que son sourire carnassier en image. Je reprenais mes esprits tandis que je me relevais en m'aidant de la porte blindée. Je fronçais le regard pour tenter d'observer le prédateur. Il avait l'air mal en point et je préférais détourner mon regard sur mon poignet pour constater que le bracelet était toujours à sa place. Cette femme, sorcière, elle me le paierait. Mais mes yeux, qui s'habituaient de mieux en mieux à l'obscurité de la pièce, se posèrent sur un morceau de bois ensanglanté juste à côté de mon pied. Au moins je n'étais pas complètement désarmée s'il arrivait quoique ce soit. J'entendais d'ailleurs d'ores et déjà les réflexions de Niklaus : "Pas capable de se protéger et ça se dit puissante sorcière." Cela ne me rendait pas plus calme mais je devais admettre que je m'étais faite avoir comme une débutante.

Le choix s'offrait à moi, soit je prenais le pieu et montrais une certaine hostilité, soit je demeurais plus subtile et me débrouillais à la force de mon caractère et de mes mots. Mes jambes avancèrent d'elles-mêmes vers la voix qui me donnaient quelques frissons. « - Je t'accorde un dernier souhait avant de mourir Freya, parce que crois-moi j'ai un appétit de chacal » Ce qu'il disait n'était pas très clair. Il me prenait pour une chimère et s'imaginait pourtant qu'il pourrait planter ses crocs dans ma chair. L'image de mon rêve revint me donner un vertige que je contrôlai en m'arrêtant en plein milieu de la sombre salle. « Tu n'as aucune idée de qui je suis, Stefan Salvatore. » J'avais laissé de côté les politesse et mon visage se faisait des plus insolent. Malgré mes capacités bridées et le pieu loin de moi, je n'avais étonnamment pas peur. Je croisais même les bras par pure provocation et posai mon regard sur celui du vampire que je descellais maintenant presque parfaitement dans le noir. « Nous nous sommes déjà vus, n'est-ce pas ? Depuis le début je te semble familière et pourtant... Je me souviens à la perfection de chaque visage que j'ai pu rencontrer durant mes siècles d'existence. » Je fis une pause pour m'approcher encore un peu plus et cette fois être au plus proche de lui, et toujours cet air présomptueux. « Or... Toi tu ne fais pas partie de mon passé. Mais... C'est toi qui es dans mes rêves, alors dis-moi, comment me connais-tu ? » Je ne m'étais plus sentis ainsi depuis longtemps. La sensation de danger, je devais bien admettre qu'elle m'excitait et me donnait l'impression de vivre réellement. Mais je savais pertinemment que si je mourrai, je ressusciterai peu après. Autant j'empêchais mon visage de montrer une quelconque émotion, mais en ce qui concernait mon cœur, je ne pouvais calmer ses battements qui s'accéléraient de plus en plus.

©Pando


Such a funny thing to try to explain

Your touch for me looking so crazy right now, your kiss got me hoping you'll save me right now. Got me looking so crazy in love.


Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 274
☇ Localisation : Près d'une source de sang frais.

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Dim 2 Oct - 15:14

We dont wanna leave, no, we just gonna be right now; And what we see, is everybody's on the floor acting crazy getting lurker to the lights out. Music's on, im waking up, we stop the vibe, and we bump it up. And it's over now, we got the love, there's no secret now, no secret now. And we gonna let it burn. - Freya & Stefan - The Story Begins

« I'm a slave to your games »


Le son de sa voix me paraissait être une imagination tordue de mon esprit, encore. J'aurais préféré que ce soit un mirage, mais ce n'était pas le cas. Je ne voulais pas y croire, mais elle était là. Que je le veuille ou pas, elle était là. « Tu n'as aucune idée de qui je suis, Stefan Salvatore. », non en effet et je me fichais. Tout ce que je souhaitais, c'était de partir d'ici, loin. L'obscurité avait un visage, un murmure qui chantait doucement à mon oreille : « Nous nous sommes déjà vus, n'est-ce pas ? Depuis le début je te semble familière et pourtant... Je me souviens à la perfection de chaque visage que j'ai pu rencontrer durant mes siècles d'existence. », des siècles d'existence ? Mon visage était marqué par l'effet de surprise, et je reculais d'un pas quand celle-ci s'approchait encore plus. « Or... Toi tu ne fais pas partie de mon passé. Mais... C'est toi qui es dans mes rêves, alors dis-moi, comment me connais-tu ? ». Son attitude provocatrice ne me plaisait guère, et j'affichais un visage glacial perdant tout mon sourire. Néanmoins, je fronçais les sourcils et lui lançais un regard des plus assassins, comment ça elle rêvait de moi aussi ? Foutaise !    

S'amusait-elle avec moi ? J'en avais assez d'être manipulé comme un vulgaire pantin. Je refusais ce rôle qui avait fini par me coller à la peau, manipuler par mes proches le plus souvent. Je détaillais la sorcière sans un mot, je me surprenais même à scotcher sur sa silhouette comme dans mes rêves. J'imaginais alors son contact sur ma peau, ses baisers si étouffants, ma mort en sa compagnie. Oui, j'avais rêve d'elle aussi dans cette situation là, où nos corps dansaient au rythme de ses battements de cœur. Mais la fin n'était pas jouissive, elle m'avait tué sous l'extase de ses gestes.       

Un long silence parcourait la pièce comme-ci j'avais peur de ce qu'elle était, peur de savoir ce qu'elle voulait. Il fallait que cela s'arrête, il le fallait. Je portais donc une attention particulière à sa mélodie du cœur, si rapide, si excitant. Je concluais très vite qu'elle n'était pas qu'une simple humaine, elle était une sorcière au vu de ses propos. Son air hautain annonçait rien de bon, et pourtant, je me jetais dans la gueule du loup sans réfléchir. Soudainement, je sentais mes nerfs lâcher : « - Cela suffit maintenant, arrête ça ! » criais-je dans sa direction. Je fis un pas pour casser cette distance et l'agressais verbalement dans ma voix : « - Ce n'est pas toi qui pose les questions mais moi saleté de sorcière, alors tu vas me dire tout de suite ce que tu m'as fais ». J'illuminais mon visage d'un sourire malsain « - Encore faudrait-il que tu es le temps de parler ». Sans vraiment mesurer les conséquences de mes actes, je plaquais Freya sans ménagement contre un mur. La brutalité de mon geste fit arracher le bracelet qu'elle avait autour du poignet, pensant être un bijou parmi tant d'autres. Je me surprenais - encore une fois - d’effleurer ses lèvres sans vraiment savoir pourquoi. Mon regard des plus noirs s'apaisait à son contact mais, mon envie de sang, elle, était toujours présente. Je lui chuchotais avec un ton légèrement provocateur « - Peu importe qui tu es. Tu es à moi ». Je plantais mes crocs finement aiguisés dans son cou et me laissais envahir pour le gout de son sang, si pure.   


      

©Pando




The One & Only Rippah
Nightwish ☽ Greatest thrill, not to kill. But to have the prize of the night. Hypocrite, wanna be friend. 13th disciple, who betrayed me for nothing. Last dance, first kiss. Your touch, my bliss. Beauty always comes with dark thoughts.


Dernière édition par Stefan Salvatore le Jeu 5 Jan - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freya Mikaelson

avatar
- I'm a Witch -


☇ Messages : 89
☇ Localisation : Auprès de ma famille

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Dim 27 Nov - 11:42

You'll never known the psychopath sitting next to you. You'll never known the murderer sitting next to you. You'll think, "How'd I get here, sitting next to you?" But after all I've said, please don't forget. - STEFAN & FREYA -

I'm a slave to your games


Tout ceci semblait si irréel. Lui, moi, cette cave, notre rencontre. Je n’avais jamais prêté attention à mes songes, pour moi son corps sculpté, si près du mien, son visage dépourvu de compassion, ce filet de sang et ses yeux déformés par une mort arrachée, c’était tout son être qui m’avait fascinée. Pourtant j’en avais côtoyé des vampires mais celui-ci avait toujours été différent, il était une chimère, un souffle de mon subconscient qui, pour je ne sais quelle raison, venait et partait. Au début j’avais pensé à un surmenage. L’angoisse de retourner dans le trouve sombre et froid de tante Dahlia, ma chérie Hope avec moi, loin des nôtres. J’avais pensé que la situation, tout ce changement, m’avait rendue ma démence. Même si cette dernière avait toujours été une amie, elle n’était plus la bienvenue depuis que ma nièce était venue au monde, ou même depuis que j’avais retrouvé ma véritable famille. Elle me donnait souvent espoirs et me détournait de mes réels objectifs. Je crois bien que c’était avec elle que je m’étais autorisée à aimer Mathias, jusqu’au jour où les conséquences de ma folie me l’ont repris.

Lui aussi était une forme de mes péchés. Tandis que je me tins droite, il s’amusa de tout son long. Tandis que je restai sérieuse, il sembla en proie à des tourments, et il me dévorait du regard, littéralement. A cette vue je cherchai de la main à faire glisser de mon poignet ce qui avait pour effet de me bâillonner. Rien à faire il était bien envoûté et visiblement moi aussi. J’abandonnai mes espoirs à l’instant même où j’entendis mon chasseur crier d’une rage certaine. Je m’efforçai de demeurer parfaitement humble mais en tant que vampire il avait dû entendre mon cœur faire au moins trois bonds. « - Ce n'est pas toi qui pose les questions mais moi saleté de sorcière, alors tu vas me dire tout de suite ce que tu m'as fais » Étonnamment je n’avais rien fait. Pourquoi m’amuserais-je à hanter un jeune homme, aussi vieux soit-il - bien qu’il ne le serait pas plus que moi. Au mieux il ne pourrait être qu’une distraction pour la sorcière que je suis. Il me faisait même parler comme Niklaus maintenant. Je n’avais pas le temps pour ça, ni pour être dans ce taudis, j’en avais suffisamment côtoyé pour le permettre.

Au moment où je tournai la tête avec un sourire à la fois las et amusé, je n’avais même pas entendu ses dernières paroles. Or, la seconde suivante je sciai le mur froid et irrégulier de mon dos. Mon souffle reprit peur malgré moi mais subitement il s’arrêta. Mon poitrail avait beau se lever et s’abaisser aussitôt, aucune respiration ne semblait s’échapper de mes lèvres.  En vérité je crois bien que c’était le sien qui se faufilait à la place. Et cela me fit oublier la froideur des fondations une minute supplémentaire. « - Peu importe qui tu es. Tu es à moi » Il me semblait avoir déjà entendu cette même teinte de voix, ces mêmes mots de cette même bouche. La scène qui se passait sous mes yeux m’était familière mais… C’était la réalité. Si je n’avais pas bougé jusqu’alors, je me crispai brusquement, une main empoignant son biceps avec hargne, et tout redevint froid. Mon sang coulait comme jamais il n’avait coulé auparavant. Un bref instant il me parut encore irréel puisque plus rien n’avait d’importance si ce n’était que de le laisser faire.

Ma raison et mon cœur, suffisamment clairs, reprirent les devants et je rouvris les yeux. Mon poignet s’était débarrassé de l’emprise diabolique du bracelet et je sentis mes dons, ce pour quoi j’étais née, me revenir. Aussitôt je lâchai un râle de colère qui me fit décharger une vague de magie qui aurait propulsé n’importe quoi autour de moi. Les murs tinrent bon, mais visiblement pas mon assaillant. Mon souffle reprit tout aussi vite qu’il s’était éteint et je portai mes doigts sur mon cou. C’était donc ça cette sensation. J’avais déjà vu défiler victimes sur victimes au fil des âges mais jamais je n’en avais fait les frais. Il n’avait pas louper son coup, c’était certain. Je m’avançai lentement et retirai ma main. Mon regard glacial ne laissait plus aucune place ni au rêve, ni à la courtoisie, il avait commis l’impardonnable, ou presque. « Tu peux aller courir te vanter d’un exploit que personne n’a pu avoir jusqu’à toi. » Mon rire narquois était bien sûr dérisoire mais ma réflexion s’enchaina comme une rhétorique : « Jamais jusqu’à présent quiconque n’avait osé saigner l’aînée des Mikaelson. Je me demande bien ce qu’auraient fait mes frères et sœurs ? » Me trouvant à quelques centimètre de lui, je me penchai et le pris par la gorge en le maintenant à terre. Je surpris une nouvelle fois mon regard tressaillir droit sur la commissures de ses lèvres mais je le forçai à se relever sur le sombre de ses yeux, et chuchotai à ses oreilles : « Qu’as-tu à dire pour ta défense ? »


©Pando


Such a funny thing to try to explain

Your touch for me looking so crazy right now, your kiss got me hoping you'll save me right now. Got me looking so crazy in love.


Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
- I'm a Vampire -


☇ Messages : 274
☇ Localisation : Près d'une source de sang frais.

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Ven 6 Jan - 22:57

We dont wanna leave, no, we just gonna be right now; And what we see, is everybody's on the floor acting crazy getting lurker to the lights out. Music's on, im waking up, we stop the vibe, and we bump it up. And it's over now, we got the love, there's no secret now, no secret now. And we gonna let it burn. - Freya & Stefan - The Story Begins

« I'm a slave to your games »


Rouge. Liquide. Abondance. Délicieux elixir. Totalement dépaysé dans un autre monde - parallèle ? - et pourtant, je prenais soin de ne perdre aucune goutte de sang. Aucune. Pendant l'espace d'un instant, j'imaginais des brebis ailées tournant dans un ciel menaçant. Une chose était sure, son sang était de la très bonne came !  Hélas le moment se fut court, et mon corps venait frapper violemment le mur en face. Assommé sévèrement, je n'entendais plus la voix de la sorcière, seul un pantin qui s'amusait à me faire vibrer le cerveau.  « ... l’aînée des Mikaelson. Je me demande bien ce qu’auraient fait mes frères et sœurs ? », le mot Mikaelson me fit lâcher un léger souffle de voix : « - De quoi ? ». Je n'eu pas le temps de réagir - décontenancé de la nouvelle - que je sentais une main serrée fermement ma gorge. Je relevais les yeux pour apercevoir, que ses cheveux blonds caressaient mon visage tandis qu'un frisson parcourait ma colonne vertébrale à ses mots accusateurs : « Qu’as-tu à dire pour ta défense ? ». J'étais encore au stade d'essayer d'avaler la pilule ... Une Mikaelson... .  Ils étaient combien exactement ? Néanmoins, mon premier réflexe fut de - tenter - sourire bêtement, puisque la scène était plutôt excitante et étouffante. Et puis, sentir la paume de sa main sur mon corps stoppa instantanément mes éventuelles ripostes.

Les Mikaelson, j'avais presque oublié qu'ils existaient, mais cela aurait-il un rapprochement entre la requête de Tyler ? Peu importe, c'était une mauvaise idée de toute manière mais je devais répondre à cette question pertinente. Cependant je prenais tout mon temps - pour limite agoniser -  pour rétorquer puisque je rêvassais à mes fantasmes. Et puis la réalité, le manque d'air et une atmosphère glaciale commencèrent à être de plus en plus présent. L'odeur du sang frais aussi, j'étais tendu et je me fis violence pour ne plus l'agresser. Il fallait que je calme mes pulsions sanguinaires - ou pulsions  malsaines - si je ne voulais pas mourir idiotement. Je posais alors un de mes poignets sur sa main sans exercer de pression et répondais sans saccader le moins possible : « - Me défendre ? Pourquoi ai-je fais du mal à une innocente ? Avec un nom de famille aussi populaire et caractéristique de désastre ? C'est plutôt mérité, j'aurais aimé faire pire. » en appuyant sur le mot pire.  Je laissais échappé un rire étouffé qui se valait très nerveux : « - Peux-tu t'écarter de moi ? Et je répondrais à toutes tes questions, c'est juste qu'avec l'odeur du sang frais et les battements de ton cœur, j'ai dû mal à me concentrer.. ». Et puis dans un murmure, je soufflais  « -  Je n'ai rien à me reprocher à part avoir soudainement envie de toi.. Ce qui est fort déroutant. ».

Je retirais ma main de la sienne pour la bloquer vers la boucle de ma ceinture de mon pantalon discrètement. En effet, à force de penser à des choses pas très saines, j'imaginais que mon boxer reflétait une partie de mes pensées. Aucun geste brusque. Aucun parole provocatrice, enfin aucune, tout était relatif, mais je voulais lui montrer que je n'avais pas peur de mourir, car dans la finalité des choses, personne n'était immortel. Tout le monde mourera un jour ou l'autre, peu importe le nombre d'années, de siècle au compteur, personne n'était infaillible même pas les Mikaelson.  
   





      

©Pando




The One & Only Rippah
Nightwish ☽ Greatest thrill, not to kill. But to have the prize of the night. Hypocrite, wanna be friend. 13th disciple, who betrayed me for nothing. Last dance, first kiss. Your touch, my bliss. Beauty always comes with dark thoughts.
Revenir en haut Aller en bas
Freya Mikaelson

avatar
- I'm a Witch -


☇ Messages : 89
☇ Localisation : Auprès de ma famille

MessageSujet: Re: « - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson Mar 17 Jan - 23:59

You'll never known the psychopath sitting next to you. You'll never known the murderer sitting next to you. You'll think, "How'd I get here, sitting next to you?" But after all I've said, please don't forget. - STEFAN & FREYA -

I'm a slave to your games


Dans le fond, la situation était des plus divertissante, je ne pouvais l'admettre autrement. Un homme, là sous mes doigts, qui m'avait fait chavirer dans mes songes plus d'une fois, et qui ne semblait plus vraiment ce qu'il lui arriver. La proie passait chasseuse, c'était ce genre de rebondissement qui m'amusait le plus. Le silence était long, bien trop long. Puis je sentais le sang s'échapper des petits trous de mon cou, ce qui me rendait franchement susceptible et impatiente. J'étais blessée dans mon estime que l'on puisse faire saigner la pareille sorcière que j'étais. Mon ego en avait pris un sacré coup et le responsable en paierait très certainement le prix. Quoiqu'il était si mignon à ma merci. L'immortalité faisait vraiment des merveilles. Je me plongeais finalement dans son regard et en cet instant mon coeur fit un bond. Il l'avait sûrement entendue cette palpitation qui avait également adoucie mon emprise sur sa gorge.

Finalement j'entendis les petits sons sortir d'entre ses lèvres. Je les fixai de tout leur volume et de l'ampleur qu'elles exposaient devant moi. Elles étaient provocatrices celles-ci. L'hypnose étant trop assidue je m'approchai de son visage pour frôler son échine et la maigre peau de sa bouche de mon visage avant de souffler doucement : « Tu sembles connaître ma famille, je me demande bien si c'est en ami ou en ennemi. » Mais il reprit la parole pour me demander de reculer. En cet instant je clignai des yeux et me rendis compte de cette proximité qui n'était pas dans mes habitudes. J'en perdis un peu mes moyens et quand il me confia ses envies, je n'eus autre réaction que de le pousser violemment au sol en lui lâchant la gorge. Je me redressai d'une traite et lâchai un rire particulièrement nerveux en me retournant pour faire quelques pas.

Les palpitations calmées, je me tournai vers lui en me réappropriant un faciès sévère et un regard cinglant. Je m'écartai de lui au plus loin possible et m'adossai simplement sur le mur à côté de la porte blindée. Je commençai par frapper fortement pour signaler que je voulais sortir et finalement soupirai en me laissant glisser par terre en examinant ma morsure d'une main accompagnée d'une grimace. « Peut-être qu'Elijah sera généreux pour faire partir cette vilaine blessure. » annonçai-je toute seule avant de finalement regarder le vampire pour ajouter « Mais je ne donne pas chère de ta peau après si tu survis. » Je ricanai avec une once de sadisme au fond de la gorge. En fait c'était étrange mais plus les secondes dans cette cave passaient et moins j'avais envie de lui faire regretter sa tentative. Finalement il n'était qu'un pauvre vampire incapable de se contrôler, je le prenais en pitié. Ce que je ne comprenais pas, par contre, c'était cette attirance et ce lien fort que nous semblions être deux à ressentir. Je brisaienfin la glace mais pour en faire souffler une nouvelle plus cassante. « Plus sérieusement, comment se fait-il que tu me connaisses en étant si surpris par mon nom ? Et également penses-tu que je dois te tuer maintenant ou laisser mes frères ou ma soeur le faire pour une raison de priorité ? »


©Pando


Such a funny thing to try to explain

Your touch for me looking so crazy right now, your kiss got me hoping you'll save me right now. Got me looking so crazy in love.


Revenir en haut Aller en bas

« - I'm a s Slave To Your Games » - Freya Mikaelson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Maelstrom Games
» Mon Games Day...
» Tournoi CE le 21 Novembre 2009 à Rôle Games Marseille
» Maelstrom games..
» nouveautés a la VPC games workshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - Mystic Falls et ses Environs - :: Sunset Boulevard :: Habitations-Sunset street :: Pension Salvatore-