AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez| .

- Undisclosed Desires - Camille O'Connell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Niklaus J. Mikaelson

avatar
- I'm a Hybrid -


☇ Messages : 2491
☇ Localisation : Mystic Falls - Nouvelle-Orléans

MessageSujet: - Undisclosed Desires - Camille O'Connell Dim 5 Mar - 4:20



- Undisclosed Desires -
Please me, Show me how it's done, Tease me, You are the one.

« It would be better for you if you did, for you to believe I am the monster they would paint me as. And then one day when all of this was past, I might find you and profess my innocence, and because you are you, you would believe me, and we would pass a perfect afternoon in a corner cafe together. And I would wish for nothing more. A better man would protect you with that lie, but I am not that man... And so I leave you with the burden of a truth that no one will believe »

La sensation de sa peau sous mes doigts était un vrai bonheur, je pouvais enfin caresser son visage, je pouvais enfin la regarder dormir paisiblement. Le sourire amoureux aux bords des lèvres, je continuais d'effleurer sa peau sans la réveiller. A chaque sensation, tout mon corps frissonnait, c'était assez hallucinant l'effet qu'elle me procurait. Cela faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas senti aussi.. vivant pour reprendre les mots de la blondinette. Alors que je parcourais son corps, je me stoppais dans mes gestes, une peur soudaine m'envahissait, cette peur de la perdre, cette peur de la voir succomber des mains de son assaillant - de mon ennemi -. Cet ennemi, c'était moi.  Qui d'autres pour bouissiller la vie des autres qui ? Je secouais vaguement la tête et venais retrouver mon oreiller tout en observant Camille. Une seconde, deux secondes.. une minute.. deux minutes.. je pourrais la regarder éternellement, mais je tournais brusquement mon regard sur le plafond. Ce plafond froid, impalpable et pourtant présent, heureusement que ma luxueuse chambre était des plus chaleureuse en sa compagnie.

Je me relevais doucement, et quittais la chambre pour aller réfléchir dans un endroit plus adequate. Mais pour cela, il faudrait que je quitte le manoir, et il était hors de question de la laisser, sait-on jamais si Kol avait une faim soudaine. Scrutant le pendule au salon, je tentais de peaufiner mes mémoires et d'expliquer exactement ce qu'il se passait à Mytic Falls et de trouver un sens à cette fichue phrase - Always and Forever -  qui ne représentait plus rien pour moi, à présent. Une plume en main, je commençais à rédiger mes ressentis, à appuyer fortement sur la ligne qui venait alors déchirer la page à moitié vide. Dans un excès de colère, je jetais la rédaction en cours dans la cheminée et décidais plutot de me servir à boire en farfouillant dans les papiers qui trainaient misérablement sur la table. On était le 14 février par déduction, cette fichue fête complètement ridicule et insensée que le monde humain a créé pour rendre éloge à l'amour. Peut-être que.. Peut-être qu'elle apprécierait une touche romantique ?  Mon sourire venait alors de s'illuminer et j'avais une légère idée en tête, cependant, je ne savais pas la réaction qu'elle allait avoir. Dans ce cas là, il fallait tenter quitte à attiser ses foudres.

Je remontais à pas de loup dans la chambre et l’observais encore un instant, la belle au bois dormant était ravissante. Mais l'idée que j'avais en tête l'était-elle aussi ? Je saisissais alors doucement la main de Cami et fermais les yeux pour me concentrer sur un endroit, plus précisément Venise, l'endroit le plus romantique qui soit. Je ne perdais pas ce sourire qui ornait mon visage et commençais à rendre mes visions plus claires. Quelle sera sa réaction d'avoir oser pénétrer encore dans ses pensées sans lui demander l'autorisation ?
CODE BY MAY



- In Fact The Detail Make The Legends -
Klamille ▬ "Look at you! Repeating the same destructive cycles over and over again. You are the architect of your own unhappiness"
Revenir en haut Aller en bas
Camille O'Connell

avatar
- I'm a Human -


☇ Messages : 582
☇ Age : 21
☇ Localisation : A l'abri des vampires

MessageSujet: Re: - Undisclosed Desires - Camille O'Connell Jeu 9 Mar - 18:27



Undisclosed Desires

Niklaus Mikaelson & Camille O'Connell
I want to reconcile the violence in your heart
I want to recognize your beauty's not just a mask
I want to exorcise the demons from your past
I want to satisfy the undisclosed desires in your heart
Des filles comme ça, il en passe une par siècle et en général, elles finissent mal. Problème de voltage, on va dire… Comme elles sont trop intenses pour les douilles qu’on trouve dans le commerce, elles ont beau essayer de s’adapter, à chaque fois qu’on les allume, pof, tout saute. Bon, bien sûr, après le courant revient, et tout le monde fait « Aaaah… » en s’en retournant à son petit train-train quotidien, mais pour elles, c’est déjà mort, elles ont cramé. On les secoue un peu, et comme elles font gling gling à l’intérieur, on les fout à la poubelle.

Les yeux clos. Le corps enroulé dans les draps. Tournée vers son amant. Aucun mouvement, aucun bruit pour perturber la scène. C’est comme un tableau, comme si on avait capturé un morceau du temps pour le figer pour l’éternité. L’éternité… Est-ce la mort ou est-ce la vie ? Nul ne le sait. Quelle importance ?

Et puis tout à coup, des frissons. Le sommeil la maintient toujours profondément endormie, et malgré tout, son corps ne peut s’empêcher de réagir à son contact. Un contact si léger, presque inexistant… Si doux, et pourtant si intense. C’est un fil, un fil invisible, entre l’autre et l’un. Il pose ses liens dans les méandres des inconscients, et s’y promène impunément. Et ils sont les seuls, les seuls à connaître l'existence de ce lien si puissant, créant un monde qui n’appartient qu’à eux, où la chaleur et la passion d’une histoire sans fin remplacent toute trace de chagrin et de douleur.
Et elle s’agite doucement, sous les draps, elle s’agite et son cœur commence à palpiter. Les yeux toujours fermés, un sourire vient se dessiner sur son visage. Elle ne le voit pas, mais pourtant, elle sait qu’il est là. Elle sait qu’il a toujours été là et qu’il le sera toujours. Elle lui fait confiance, entièrement et complètement, comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Peut-être est-ce une bêtise de s’abandonner autant à quelqu’un. Mais tant pis. Elle a choisi de prendre ce risque. Et maintenant, de toute façon… C’est trop tard. Elle ne peut plus lutter contre ses sentiments.

Et puis, elle sent qu’il s’éloigne. Et son sourire s’atténue jusqu’à s’évanouir complètement, comme si tout ça n’avait jamais rien existé. Son cœur retrouve un rythme cardiaque, presque lui-même déçu. Et tout devient flou dans son esprit. Est-elle en train de rêver ? D’ailleurs, est-ce un rêve ou un cauchemar ? Elle s’imagine son visage, pour avoir quelque chose à quoi s’accrocher, parce qu’il est tout ce qu’elle a. Et elle le voit. Elle le voit, mais il s’éloigne, encore. Il lui tourne le dos. Et elle est seule, à nouveau. Elle a toujours été seule. Tout le reste… Tout le reste n’est qu’illusion.
Et elle repousse ses propres ténèbres. Premier acte.

Mais les doutes l’envahissent. Il ne revient pas. Il ne reviendra plus. Il a enfin compris qui elle était. Ou plutôt, qui elle n’était pas. Elle n’est pas différente des autres. Elle est comme tout le monde. Elle n’a rien d’unique. Elle n’est rien. Pas même une poussière dans cet univers. Non, rien du tout. Peut-être n’existe-t-elle-même pas. Peut-être que la vie elle-même est une illusion, son illusion.
Peut-être… Qu’elle est vouée à tout perdre, oui tout, c’est-à-dire lui, encore et encore. Jusqu’à la fin des temps.
Et elle repousse ses propres ténèbres. Encore. Deuxième acte.

Et tout à coup, lumière. Elle se crispe un peu. Elle ne comprend pas ce qu’il se passe. Cette lumière ne vient pas d’elle. Elle le sait. Elle ne l’a jamais vue en elle auparavant. Des décors, autour d’elle, qui se définissent, plus précis de seconde en seconde. Un ciel d’un bleu azur. Des gondoles qui naviguent sur des canaux. De la musique, de la joie, du bonheur, partout. Et elle comprend. Elle reconnaît enfin cette lumière qu’elle a déjà vue tant de fois auparavant. Elle sait que c’est lui. Il est revenu. Alors, elle se détend un peu, et doucement, elle accepte. Elle laisse tomber le voile.
Elle baisse ses barrières. Toutes ses barrières. Sans exception.
Alors, le chaos profite de cette faille.
Et ses propres ténèbres l’envahissent. Encore une fois. Troisième acte.

Les décors disparaissent en fumée. Est-ce qu’il est là ? Elle ne sait pas, elle ne sait plus. Peut-être ne l’a-t-il jamais été. Elle ne le voit plus, la noirceur, ça rend aveugle. Et elle se met à écouter les voix qu’elle entend dans son propre enfer. Celle de Sean, puis celle de Kieran, tous ceux à qui elle a causé du tort. Elle entend sa propre voix, aussi, même si elle a du mal à la reconnaître. Ces voix qui ne cessent de la noyer de reproches.
« Tu n’existes pas. Le monde est réel… La seule illusion, c’est toi. »
« Tu ne peux aider personne… Pour qui tu te prends ? Tu n’arrives déjà pas à te sauver toi-même, pauvre petite chose fragile que tu es. »
« Tu n’es que ténèbres, noirceur, obscurité. Tu n’en sortiras jamais. Pour l’éternité, c’est ta destinée. »

Stop. Ça suffit. Elle crie pour chasser ces voix hors de sa tête, et elle court. Elle ne sait pas où elle va. Le sol s’effondre sous ses pieds comme si elle était la cause même de la fin du monde. Le ciel s’obscurcit brusquement, des éclairs viennent le déchirer et grondent avec fracas. Elle court, elle court, et elle arrive devant une porte. Elle s’arrête brusquement, et tout redevient calme. Elle va se cacher. Elle va fuir toute cette douleur, et tout ira bien. Oui, tout ira bien.

Mais elle ne savait pas ce qu’elle allait découvrir en ouvrant la porte. Elle devrait le savoir, pourtant. C’est toujours la même chose. C’est loin d’être la première fois. Elle aurait dû reconnaître cette porte. Mais peut-être que c’est ça, sa punition, finalement. Savoir ce qui l’attend, mais y aller quand même. Peut-être que c’était tout ce qu’elle méritait.

Il est là, devant elle. Son frère. Et elle ne peut pas rentrer. Elle peut juste garder les yeux ouverts, et le voir se trancher la gorge, et se vider de son sang. Tout ça parce qu’elle n’avait rien vu venir. Si elle l’avait suivi, pendant son séminaire, elle aurait pu être là pour lui. Elle aurait pu l’aider à lutter contre ça. Mais non… Elle avait préféré fermer les yeux. Et attendre l’inévitable. Après tout… C’est sans doute ce qu’elle faisait de mieux. Depuis toujours.

Et puis, c’est oncle qu’elle voit. Celui qu’elle a obligé à devenir tout ce qu’il avait toujours détesté, tout ça parce qu’elle refusait de le laisser partir. Tout ça parce qu’elle avait été égoïste. Encore. Comme toujours. Il avait été quelqu’un de bien, pourtant. Jusqu’à ce qu’elle intervienne dans sa vie. Elle n’aidait personne, non… Elle détruisait tous ceux qu’elle approchait.

Alors, elle tombe à genoux, et elle hurle. Elle hurle parce qu’elle en a assez de cette douleur, de ce calvaire, de cette agonie qui ne fait que se répéter sans jamais finir. Elle hurle parce qu’elle est seule dans sa douleur, du moins c’est ce qu’elle croit. Et un torrent de larmes vient recouvrir son visage. Ça ne finira jamais. Non, jamais. Elle ne se réveillera jamais.

Alors, elle baisse les bras. Parce qu’il n’y a qu’elle, parce que personne d’autre n’est concerné, parce que le combat n’en vaut pas la peine, puisque c’est pour elle.

⚫⚫⚫

Les yeux clos. Le corps enroulé dans les draps. Tournée vers son amant. Aucun mouvement, aucun bruit pour perturber la scène. C’est comme un tableau, comme si on avait capturé un morceau du temps pour le figer pour l’éternité. Et pourtant, pourtant si on regarde bien, on peut voir ses yeux bouger sous ses paupières fermées, à une fréquence très rapide, trop rapide. On peut voir que tous les muscles de son corps sont crispés sous la tension. On peut voir qu’elle serre la main de son amant de toutes ses forces.

Et si on s’approche un tant soit peu… On peut percevoir un appel à l’aide, furieux, intense, désespéré, un appel à l’aide qui pose une unique question, toute simple :

« Suis-je seule ? »


fiche codée par shirosaki


En présence réduite
Revenir en haut Aller en bas

- Undisclosed Desires - Camille O'Connell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Camille O'Connell - Humaine (libre)
» Entrer dans la danse [U.Desires]
» Undisclosed Desires
» Navid ϟ I want to satisfy the undisclosed desires in your heart
» Undisclosed desires (Alta)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - Mystic Falls et ses Environs - :: Sevenoaks forest :: Habitations-Sevenforest :: Manoir des Mikaelson-