AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez| .

[HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Lun 6 Juin - 0:11

It was a night, a long time ago in the galaxy
James & Eala

     

     
Paris... déambulant dans les rues sombres. La criminalité était à son comble, mais l'ange qui s'élance n'a guère de crainte, de tout être humain, elle est la prédatrice au sommet de la chaîne alimentaire. Elle avait depuis peu quitté la suisse, laissant Constance Wilde avec ses deux fils après s'être assurée de sa protection. Elle avait peur pour Oscar, son si cher et tendre ami. Elle avait peur car Constance avait la santé déclinante, et les mœurs anglaise allaient lui retirer la garde de ses enfants si jamais elle venait à décéder, lui qui aimait tant ses enfants. Son cœur se serra... que ferait-elle quand lui aussi serait 6 pieds sous terre ? A nouveau elle retournerait à sa solitude. Les yeux au ciel, depuis des siècles elle observe ces points lumineux se demandant qui regardait l'autre. Fatiguée qu'elle était. Son visage ne souffrait pas des affres des temps, mais elle sentait l'usure dans son esprit.
Elle était sortie de son hôtel particulier parisien sans savoir pourquoi. Elle y restait enfermée depuis plusieurs jours, sans doute la faim, faibles veines apparentes sous ses yeux. Une soirée, un homme, le regard planté dans le sien, quelques mots, il allait oublier tout, jusqu'au croc de la demoiselle planté dans sa nuque. Rassasiée sans jamais en prendre plus que la raison ne le permettait, elle quitta le lieux sans un mot, ombre traversant l'histoire.
Son nez se retroussa, ses narine frémissaient à une odeur que seul ceux de sa race peuvent reconnaître. Le sang. Bain de sang. Macabre vision, hésitation entre les rouages cérébrales. Devait elle y aller ou pas ? En vérité son choix était déjà fait, ses pas mesurés étaient sûrs. Le cygne blanc voulait aider, prendre à nouveau une personne sous son aile et pourtant, elle avait un drôle de pressentiment, voix dans sa tête qui lui murmurait, chantait un air plein d'avertissements. Ne pas y aller.
Ses pas s'arrêtaient, secouant sa jolie tête blonde, bien sûr qu'elle allait y aller. Elle reprit sa marche, repérant un bâtiment à la lanterne rouge, signe distinctif des maisons closes. Porte légèrement ouverte, elle entra et ferma la porte à clef, le sol jonché de cadavres dont le sang tâchait les pans de sa robe. Elle ne semblait pas choquée, femme walkyrie qui avait vu plus de batailles et de guerres qu'aucune autre sur cette terre. Lentement elle monta à l'étage, lieux des chambres.
Une porte, une autre, elle évalua les dégâts, toutes ces pauvres filles, son cœur compatissant se serra. Elle devait aider ce vampire, le pourrait-elle seulement ? En tout les cas elle l'espérait.
Enfin elle arriva. Cette chambre, il était là, vidant des filles de leur sang. Elle se figea. Elle ne saurait décrire ce qu'elle ressentie à cet instant, c'était comme si toute sa vie l'avait menée à cette endroit. Pour la première fois en 8 siècles d'existence, elle se sentait au bon endroit, au bon moment. Son cœur défectueux semblait reprendre du service. Elle le toisa, le regard droit et franc tout en conservant une certaine pudeur du à son rang. Lentement, elle ôta le gant de sa main gauche et avança vers lui, lui mettant un crocher du droit, précision de guerrière, force de vampire.
Aucun mot ne traversa la bouche, mais son regard lui signifiait qu'il devait se ressaisir.
Sans un mot aucun, elle le força à se relever et a lâcher les corps. Comment pouvait-il avoir autant de mépris pour la vie humaine ? Lui même ne le fut-il pas un jour ? En vérité, c'est leur propre espèce de buveur de sang qui est méprisable, réduit à une existence faite de néant. Je le force à se lever, se débarbouiller le visage avec un drap pour ne pas éveiller les soupçon. Créer une histoire plausible, sans réellement savoir dans quoi elle s'embarquer derrière son regard si sûr et confiant.
Elle mit le feux à la maison du pêché de chair, et ils s'évaporèrent dans la nuit, loin, en haut d'une colline, a observer les flamme danser. Elle avait le regard sûr, serein et certainement paisible. Elle laissa échapper un léger soupire de ses lèvres vermeille, étrange la sensation qu'elle avait de sentir son regard posé sur elle depuis le début et pourtant, elle en faisait fi ou tout comme. Dans le fond ça lui donnait un drôle de sensation qu'elle préférait refoulait.
Elle fût souveraine, il y a bien longtemps de ça. Son histoire se trouve dans les livres d'histoire sur la Norvège du moyen-âge, rang qu'elle gagna au travers du sacrifice de sa vie et de sa féminité, par la force de son bras, la sueur de son fond et les cicatrices sur son corps d’albâtre. Elle n'avait jamais eut de regard d'homme sur elle tant elle avait lutté pour devenir leur égale. Lentement, elle tourna avec mesure et raffinement son visage vers lui, regard confiant qu'elle porte sur cet homme qu'elle tient par le crochet comme elle tiendrait un autre par la main.
Un geste de la tête, elle l'invita à la suivre. Aucun mot prononcé comme s'il eut été sacrilège, profanation d'une nuit qu'on ne saurait qualifier, souvenir de sabbat lointain et oublié ou Morgane aurait rencontré le dieu cornu.
Quartier paisible, hôtel particulier dont elle a la clef, elle l'invite à rentrer chez elle. Le lieux et vaste, les meubles de tout âge servant à pallier à la vacuité de son existante, décoré avec goût sans en faire trop, raffinement de la solitude qui transpire autour d'elle. Doucement, Eala hôte sa capte qui la calfeutré, dévoilant sa toilette au ton clair. Elle dépose le manteau sur le canapé se trouvant dans le salon où elle avait mener le jeune vampire dont elle avait lâché à regret le crochet sans pour autant en montrer quoi que se soit. Lentement elle se tourna à nouveau vers lui, le dos droit, le port altier et noble hérité de sa naissance. Son regard se fait paisible, tendre, et sans comprendre pourquoi, son cœur se débat dans sa poitrine, comme si il voulait prouver son existence après des siècle tapis dans l'ombre.

- Je me prénomme Eala, Eala Sveinsdottir.


Ce son les premier mot qu'elle prononça, une voix douce, chaude, loin des voix criarde et hautaine. Elle ne pouvait pas quitter ses yeux, le regard clair de cet. Déglutissant avec avec une difficulté qu'elle cachait. Elle ne s'était jamais sentie ainsi face à un homme, face à qui que se soit. Sans doute n'était ce là que son instinct primitif qui se réveillait, rien de plus, elle qui avait toujours dédaignait ces chose prosaïque et vulgaire, ces hommes qui ne font preuve d'aucun respect envers le corps des femmes qu'ils s'amusent à profaner. Aucun homme ne possède la moindre noblesse ou si peut qu'ils sont tout de suite accaparé par des femme plus aptes qu'elle ne le serait jamais. Elle ne pouvait se laisser prendre. Mais après tout, si c'était juste son instinct qui parlait, elle n'avait pas besoin d'y mettre son cœur. Et cette certitude dans le fond la rassurait. Prise de tête inutile, sans doute que la tension de la situation et le surréalisme de cette rencontre silencieuse n'était palpable que pour elle, elle qui plantait son regard si vivant dans le sien, seuls joyaux teinté de vie dans son être.
     


Dernière édition par Eala A. Sveinsdottir le Jeu 30 Juin - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Lun 13 Juin - 19:38

It was a night, a long time ago

feat. James && Eala




Comment s'était-il encore une fois retrouvé dans une tel situation. James n'en avait pas la moindre idées. Pour cela fallait-il seulement avoir des idées. Pour cela le jeune vampire était tout simplement incapable. Réfléchir ? Jamais... il n'était autre que pulsion animal.. meurtre et bain de sang, tel était son quotidien. Y avait-il un risque d'être mis à jour ? Evidemment et l'idée de se faire tuer n'était pas vraiment une crainte.. il était déjà mort et n'était plus que l'ombre du pirate qu'il avait put être autrefois. Une épave, un monstre sanguinaire. Voilà ce qu'il était. Il se trouvait là, comme plonger dans une ivresse et une transe peu commune au milieu de plusieurs cadavre. Il s'agissait d'une maison close.. ce qu'il ignorait. Il avait juste soif de sang.. non pire encore. Il était affamé. Il lui fallait se nourrir, encore et toujours plus. Le sang était comme une drogue, principalement le sang des jeunes demoiselles, ou des plus murs. Voilà pourquoi il se trouvait là.. dans une maison close lui qui n'avait jamais toucher de femme de sa vie si ce n'était pour dévorer leur corps. Les cadavres partout dans les lieux étaient tous dans un état pitoyable et James était là... quelque part. Il suffisait de suivre les cris des femmes suppliant. Mais James s'en moquait.. il avançait, dans cette chambre. Il venait juste d'arracher de la poitrine d'un homme nu, bandant comme un pervers, son petit cœur misérable... ensuite, sans jamais quitter les demoiselles des yeux, il avait sauté sur les épaules de ce même homme déjà mort, mais qui avait encore 7 secondes à voir sa mort continuer.. il lui arracha la tête et les bras... lorsqu'il se retrouva de nouveau au sol, ses pieds nus baignant dans la sang rouge, il gardait dans sa main la tête de l'homme, son visage figer d'effroi regardant dans la vie. Le corps à côté, inerte et plus qu'un tronc avec des jambes. Les demoiselles, complètement nues, se tenaient contre le mur, pleurant et hurlant à l'aide, suppliant le monstre en face d'elles de ne leur faire aucun mal.. mais un sourire s'afficha sur ses lèvres alors qu'il s'accroupi en face d'elle. Sur lui, un vieux pantalon marron du sang sécher et une chemise ouverte.. il était d'un rouge, témoignant du massacre précédent. Il leva son doigt vers ses lèvres : « sshhh... » fit-il en souriant, ses crocs se dévoilant alors qui attrapa le poignet de la première, mordant jusqu'à arraché son poignet. Hm.. délicieux. Elle hurla si fort.. tandis que la deuxième s'évanouit de peur (…) James se trouvait sur le lit, les deux femmes à ses côtés, la première était déjà morte et l'autre à son bras avait le regard vide, des larmes coulant sur ses joues. Des marques de morsures se trouvait sur sa poitrine, ses cuisses et elle avait un sein d'arraché.. elle se vidait de son sang alors qu'il jeta la première qui n'avait qu'un bout de chair retenant sa tête de tomber. Il plongea sans égard sur la poitrine de la dernière prostituer vivante, la vidant de toute vie alors qu'elle s'étranglait de son propre sang coulant dans sa gorge.

Quand la porte s'ouvrit subitement. James leva son visage couvert de sang vers la personne qui se trouvait là. Il se sentit comme bloqué ne pouvant pas décrocher son regard de cette femme. C'était un vampire.. une semblable et.. elle était si magnifique et pleine de grâce. L'élégance et la sagesse se lisait dans son regard. Un ange, elle semblait venir droit du ciel pour le délivrer, tout comme elle semblait aussi prête à créer le chao.. son regard, ce regard était si beau si prenant et si envoûtant.. s'il avait pu il se serait jeter sur elle. Elle était parfaite, la perfection. Celle qu'il... PAF ! James se retrouva au sol, sans avoir le temps de finir le cours de ses pensées. Il retourna sa tête, crachant le sang, le sien cette-fois et regarda la femme qui venait, sans peur de lui envoyer son poing en plein figure. Une lueur d'excitation brilla dans le regard de James alors qu'il la toisa de haut en bas. Elle le força à se relever et agrippant son crocher, elle le tira jusqu'à la sortie, passant de salle en salle, voyant corps après corps l'oeuvre du vampire si jeune et sanguinaire. Il regarda son massacre et comme à chaque fois, il sentit le regret l'envahir.. regret qui l'abandonnerait lorsqu'il aurait de nouveau faim... d'ici quelques heures.. une drogue, vous dis-je. D'une vitesse vampirique, ils se retrouvèrent au dessus de la ville, sur une colline, observant le feu prendre de l’ampleur alors que le peuple criait et tentait d'éteindre les flammes. James se trouvait derrière la vampire qui tenait toujours son crochet et il l'a toisait d'un air intrigué et suspicieux. Qui était-elle... lui recouvert de sang, si sale, si ridicule face à cette femme au teint de porcelaine, magnifique dans sa robe, cachée d'une cape dont le bas était désormais souillée de sang... et qui avait l'allure d'une reine. Elle se tourna alors vers lui, et lui fit un signe de tête,l'indiquant de le suivre. Tout se fit dans le plus grand des silences. C'est ainsi qu'il se retrouvèrent dans une chambre d'hôtel, une suite plutôt.. un hôtel prestigieux de l'époque et James ne regardait même pas autour de lui, trop fasciné par cette femme... ce mystère entier... cet ange.

Elle hôte sa cape, dévoilant sa robe magnifique et se tourna alors vers lui. Son regard changea, se faisant plus doux, plus maternelle et conciliant. James haussa un sourcil, se tenant plutôt voûté comme s'il avait partie tout aspect humain de sa personne : « Je me prénomme Eala, Eala Sveinsdottir. » James commença à devenir plus lucide lorsqu'il entendit enfin le son de sa voix.. et quelle voix magnifique. Voix posée et avec une tessiture parfaite, et la prestance princière qui allait avec sa tenue et sa posture. Une viking donc, songea-t-il en entendant son nom de famille... il ouvrit la bouche. Sa gorge lui fit mal... il n'avait pas user de la parole depuis si longtemps qu'il ne se souvint pas de ses derniers mots.. sa voix se fit très grave et enrouée, rocailleuse : « James » se contenta-t-il de dire dans un premier temps. Il avança vers elle de façon masculine et animal, son regard noir, sa peau tâcher du sang de ses victimes ainsi que ses cheveux mouillés tombant dans son visage lui donnant un air si dangereux : « Eala... Cygne.. » il regarde chaque détail de son visage : « Swan... » souffla-t-il. Elle était si gracieuse, comme un cygne, une princesse, une reine. Peau blanche, air gracieux... un véritable cygne. James tendit une main, voulant toucher sa joue. Vérifier qu'elle soit bien réelle... que tout cela soit bien réel. Mais il vit alors sa propre main tâcher, si sale. Il se rebuta et baissa la tête, détournant celle-ci et vit un miroir juste là.. il se vit alors, et avança vers son propre reflet.. chemise ouverte, marron et sale de ses dernières victimes, il ressemblait à un monstre fait de sang et de bain de folie. Il leva sa main valide et passa celle-ci si sur sa barbe épaisse de plusieurs semaine... il fronça le regard en se voyant ainsi : « Quel monstre suis-je devenu... » il serra le poing et tourna son regard vers elle. Elle ne bougeait pas, tournant juste son visage avec prestance vers lui et ne disant rien « Pourquoi moi... ? » dit-il à l'intention de cette femme. Pourquoi l'avoir ainsi délivrer, l'avoir aider et permis de se repentir.. pourquoi était-elle devenue son messie ?
made by guerlain for w.bazzart.org]bazzart
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Lun 13 Juin - 22:13

It was a night, a long time ago in the galaxy
James & Eala



Elle était seule quand elle s'était éveillée à la nuit après le don obscure. Assoiffée, affamée. Elle avait tué, une seule et unique fois. Seule elle avait du apprendre à se contrôler, à préserver son humanité. Tous ne le faisait pas, elle le savait, elle en avait été témoin. Le vampire trouvé cette nuit était de ceux là, ceux qui devenait plus des animaux que des hommes : sa posture en témoignait. Elle avait répondu à l'appel de cette âme en détresse, sans savoir ce qu'il arriverait. Dans tout les cas, elle était la plus ancienne vampire crée, la première faite par l'originel Niklaus Mikaelson, elle était donc de toute manière plus forte que lui et pourrait le maîtriser dans tout les cas.
Frappée au plus profond de son âme, elle se demandait ce qu'était cette évidence, cette sensation d'être une pièce de puzzle qui s’emboîte à la perfection au sein d'un grand tout. Alors elle l'avait prit par le crochet, le menant ailleurs après avoir mit le feu au massacre, corps d'innocente et faible femme que la misère à menée sur la voie de la perdition et du commerce de leur charme délicat. Coeur fendue de cette détresse humaine, fille de marie-madeleine. Marie de Magdala. Femme de misère en manque d'amour, sauvé par l'amour du Christ.
Eala n'était pas chrétienne, son cœur et son âme étaient voué aux dieux nordiques, mais elle appréciait toute les religions sans pour autant adhéré au monothéisme, préférant l'humanité de ceux des temps anciens.
Arrivée dans le plus grand des silences dans l’hôtel particulier, elle avait ôté sa cape souillé du sang des victime du vampire face à elle. Elle tentait de ne pas trop le regarder, ne comprenant pas toute les réactions et les images qui traversaient son corps et son esprit dès que son regard se posait sur lui. Digne elle restait, altière et noble dans son attitude. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas pris un vampire sous son aile.
Elle était immaculé, pure et noble, lui il était sauvage, sombre, dangereux... sale. C'est la rencontre des ténèbres et de la lumière, elle lui tend la main pour le sortir de l'opprobre, seulement s'il l'accepte.
A lui elle se présente, rompant le silence en sentant ce regard qu'il pose sur elle et qui ne la laisse pas indifférente, curieuse de toute ces sensations nouvelles. Il lui dit son prénom... James, il devait être anglais... ou écossais, voir irlandais, elle opte presque d'avantage pour la dernière option en voyant qu'il connait la signification de son prénom qui vient du gaélique. La princesse se fige sous ses digression. Swan, était-ce le nom par le quel il décidait de l'appeler ? Son regard se troubla légèrement quand il tendit la main vers elle, voulait-il la toucher ? Pourquoi ? Avait-elle l'air si irréel qu'il doivent faire comme saint Thomas ? Toucher pour croire. Mais il se ravise, se sentant sans doute indigne, trop sale pour le faire. Constat et question laissé en suspend qu'il lui adresse.
A nouveau le silence règne. Elle le regarde, de cet air si doux qu'elle sait avoir et pourtant profond, avec ce on ne sait quoi derrière, sans doute car il réveil quelque chose chez elle qu'elle croyait mort depuis toujours, sans doute car sans le montrer elle maintient sa respiration. Doucement, avec une démarche élégante et mesurée, posant une main tendre et douce à sa joue pour qu'il la regarde dans les yeux, douce et tende comme pour l'apprivoiser. Contacte de peau qui lui arrache un frisson qu'elle peine à réprimer.

- Ne te qualifie pas de monstre James, tu le serais si tu n'en n'avais pas conscience.... et je pense que tu n'as pas choisie ta transformation.


Tout comme elle. Elle hésite, prenant sa main valide pour qu'il la pose sur son visage qu'il voulait toucher, qu'importe si sa laisse une trace, elle comptait de toute manière lui montrer la salle de bain, elle avait envie de découvrir d'avantage le visage qui se cachait sous la barbe épaisse qui le masquait. Leur visages sont proche, elle peut sentir son souffle chaud et sanglant, et elle se voit déjà le saisir au col pour... pour... Non. Elle se mord légèrement la lèvre, tic nerveux qu'elle possède.

- Parce que je ne veux pas que tu affrontes ça seul. Si tu le veux, je peux t'aider, t'apprendre à te contrôler, seulement si tu le désir parce que tu vaux bien mieux que ça, tellement mieux.


Elle insiste un peu trop sur le dernier mot inconsciemment. Si elle le désir ? Elle aurait presque honte de le reconnaître. Qu'est ce qu'il n'allait pas chez elle ? Pourquoi avait-elle se besoin de le regarder, de le toucher, de prendre soin de lui, de vouloir panser tout les plaies de son âme, car c'était ça qu'elle voyait dans le fond. Un homme blessé, un homme qui a perdu, qui a perdu des rêves et des héros... des êtres cher. Le vampirisme exacerbe toute notre nature humaine. Elle-même avait eut d'avantage soif de conquête, était devenue d'avantage nerveuse et prompte au combat avant de se pacifier... Elle était devenue aussi encore plus silencieuse et contemplative... et ses craintes, devenues des terreurs latentes. Cette peur d'être abandonné, rejeté.
Doucement, sa main décent le long de son corps pour aller chercher le crochet, entremêlant ses doigts avec.

- Tu viens.... Hook ? Je vais te montrer la salle de bain.


Il lui a donné un surnom, elle lui en a trouvé un. Elle le guide vers cette celle ou le marbre règne en mettre et où une baignoire à l'eau chaude trône en son centre. Elle le laisse faire, avant de trouver un peigne et une paire de ciseau fin pour lui tailler sa barbe. Son regard croise un miroir, sa joue pâle est tachée de sang, souvenir de cette main à son visage. Ses doigts se crispent sur les objets, les jointure en deviennent blanche tant elle a besoin qu'il la touche à nouveau, délicieuse et douloureuse tension qui l'envahit sans un mot, juste l'atmosphère qui se dégage d'elle peut la trahir. Elle hésite, hésite à se tourner pour le regarder. Elle doit prendre sur elle, c'est ce qu'elle fait. Ses cheveux retombant de part et d'autre se son visage, elle le regarde de cette intensité nouvelle, esquissant un paisible sourire.

- Si ça ne te dérange pas je vais m'occuper de ta barbe pendant que tu...


C'est alors qu'elle prend conscience de ses mots, un léger rouge monte à ses joue, pudique, elle baisse légèrement le regard sans se soumettre.

- Je voulais dire, je vais attendre que tu ais fini avant... je m'occuperais de ça après...


Elle se détourne lentement, éviter de sembler aussi gênée, il devait avoir l'expérience des femmes et elle, après 800 ans elle aurait du avoir celle des hommes, ne rien montrer, comme si t’eus été une honte à son âge d'être toujours pure. Elle l'était.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Ven 24 Juin - 15:36

It was a night, a long time ago

feat. James && Eala




Les mots de Swan étaient réconfortant, comme une douce caresse sur la peau pourpre du vampire déchu : « Ne te qualifie pas de monstre James, tu le serais si tu n'en n'avais pas conscience.... et je pense que tu n'as pas choisie ta transformation. » Ces paroles, ces mots. Comme si James avait toujours cru qu'on ne lui dirait jamais il releva son regard vers la belle femme, ce cygne magnifique en face de lui qui semblait confuse. Elle le regardait avec un air étrange, comme si elle se demandait s'il était réel ou s'il y avait quelque chose d'humain en lui. La jeune femme prit la main de James et la mit sur sa joue et alors, il sentit la chaleur envahir sa main. Oui elle était bel et bien réel et il ne pouvait maintenant en douté. Ce qui lui arrivait en cet instant était bel et bien réel. Nul ne pouvait en douter. Elle ferma les yeux alors qu'il demandait pourquoi. Pourquoi lui qui était si misérable et qui avait tout d'un monstre. Il n'était qu'un être damné, une créature de satan.. Il releva ses yeux sur elle, ne manquant pas de la regarder sous toute les coutures, alors qu'il laissa une trace de sang sur sa joue et qu'elle lui répondit. Ces mots furent intense comme les précédents et se répétèrent en écho dans l'esprit du vampire. Il se sentit pour la première fois, plus vivant qu'il ne l'était il y avait de cela quelques heures et cela faisait du bien. Il inspira profondément en fermant les paupières un instant. Mais alors qu'il laissait revenir son humanité qui semblait dormir depuis tout ce temps, la culpabilité de toutes ces vies arrachés vinrent en contrepartie. Il avait fait tant de mal.. il.. c'était un.. un monstre..

Eala vint le sortir de ses songes noirs pour venir saisir son crochet et sa voix angélique le fit enfin revenir sur terre : « Tu viens.... Hook ? Je vais te montrer la salle de bain. » Elle prononça ce surnom naturellement, mais en même temps.. il avait toujours été connu sous ce nom. Hook, le Pirate. Et aujourd'hui, Hook, le sanguinaire. Mais dans sa bouche, ce surnom prenait un tout autre sens. Comme s'il venait simplement le réveiller d'un mauvais cauchemar. Il la suivit alors, la regardant promptement et ne dit pas un mot, ne sachant que dire et bien trop habitué à rester dans le silence, n'ayant nul besoin de conversé avec son repas.. ses victimes, si nombreuse et dont le sang souillait aujourd'hui le sol putride de Paname. Ils entrèrent dans la salle de bain et James découvrit encore le luxe, le marbre et se sentit comme un vase au milieu de diamant et où le plus beau le regardait à présent. Il regarda autour de lui, son visage toujours fermé et se tenant toujours tel un être si peu humain. Il tourna son regard vers Eala qui tenait de quoi tailler sa barbe. « Si ça ne te dérange pas je vais m'occuper de ta barbe pendant que tu... » du rouge monta à ses joues, de façon délicate et peu visible, mais un vampire voyait tout. Il ne scilla pas cependant, ne se rappelant même plus comment se comporter face à une femme rougissante. Mais non.. la dernière femme qu'il avait courtisé.. comment s'appelait-elle déjà... Il lui avait même demander sa main avant qu'elle ne meurt, fendant son cœur en deux.. il était encore humain à cette époque, qui remontait à si loin. Une époque révolue. Mais aujourd'hui, il ne faisait que boire le sang encore et toujours, et femme ou homme n'avait nul importance, bien que les meilleurs sang étaient ceux des vierges, les plus pures de toutes... et les jeunes femmes.

Il ne pensait plus à Eala, perdu dans ses pensées et l'entendant en écho, loin derrière et lorsqu'elle s'apprêta à partir, emmenant son petit attiraille avec elle, il l'a retint par le bras, d'un geste rapide et un peu brusque et il tourna son regard vers elle, le silence pesant toujours autour d'eux : « J'aimerais être seul. Je m'en occuperais » il avait été sec, ne sachant même plus quel ton empreinte après tout ce temps sans dire un mot. Il avait la voix éraillée et sombre, comme un animal qui se rendait compte soudainement qu'il était humain. La jeune femme sortit sans rien dire, le laissant donc dans sa solitude, avec respect et pudeur et James releva les yeux vers le miroir en face de lui. Il détourna le regard après un instant et regarda ses vêtements Il leva la main et le crochet et déchira les lambeaux de tissus, laissant tomber au sol. Il se retrouve nue, sale et regarda l'eau fumante dans la baignoire en marbre blanc, magnifique. Il entra donc, manquant d'avoir le souffle couper tant la chaleur de l'eau lui prodigua plaisir et détente. Il s'assit dans l'eau, regardant dans la vide et voyant donc le sang se propager, souillant l'eau qui était il y avait un instant si pure. Il regarda sa main, le sang ancien glissant de sa peau. Il retira son crochet, regardant son mani inexistante et attrapa donc un savon. Il inspira et alors, prit une éponge et grata.. il grata fort, pour que tout s'en aille, qu'il n'y est plus de trace. Grâta à s'en faire mal, son visage se tordant de douleur et une larme coulant sur sa joue. Il frappa l'eau, voyant son reflet dans l'eau rougeâtre. Il inspira, basculant sa tête en arrière et finit par soupirer, se laissant couler dans le fond de la baignoire, méditant et reprenant ses esprits.

Lorsqu'il sortit de la salle de bain.. il portait une serviette autour de la taille et sa barbe si épaisse avec été taillé, vulgairement mais à son image. Il ne désirait pas d'une peau dénué de barbe. Car il garderait toujours ce côté animal. Eala était là, debout près de la fenêtre, regardant dans le vide, à travers les rideaux. Hook arriva à sa hauteur. Il voulait la toucher, se sentant attirer par elle par une force invisible. Le silence resta présent dans la pièce tandis qu'il arriva dans son dos, son torse nu venant se coller contre son dos. Il inspira profondément, sentant enfin l'odeur enivrante de sa chevelure blonde à la place du sang souillé et de la cendre dans ses narines. Il ferma les yeux, attrapa la hanche de la belle, son nez plonger dans ses cheveux et il l'a tira instinctivement vers lui, collant son corps au sien pour qu'elle soit plus près, toujours plus près. Il n'avait jamais connu tel sensation. Elle était sa sauveuse et lorsqu'il avait croiser son regard pour la première fois, il n'avait désirer qu'une chose. La posséder, et qu'elle le possède.. Il n'avait encore jamais rien ressentit de telle. Ses lèvres arrivèrent à la rencontre de sa nuque, qu'il frôla, son souffle chaud glissant sur sa peau fine et pâle. Elle bascula la tête en arrière et elle se tourna enfin. Le regard e croisèrent, un instant, le silence sembla durer une éternité, mais nulle paroles n'étaient nécessaire en cet instant. Il baissa son regard vers ses lèvres, sa main rencontrant sa nuque et subitement, il la tira vers lui, ses lèvres se scellant au sienne dans un baiser. A vitesse vampire, elle se retrouva contre la fenêtre, son crocher la maintenant par la hanche. Ce baiser fut comme un nouveau souffle vitale, une renaissance, un baptême. Il souffla entre ses lèvres, le désir s'emparant de son être comme jamais il n'en fut autrefois... Jamais.
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Ven 24 Juin - 19:09

It was a night, a long time ago in the galaxy
James & Eala

     

     
Cette nuit était pareille à nulle autre. Figée dans son impassibilité vieille de centaine d'année, intérieurement elle se sentait chamboulée. Des siècle durant elle avait fermé son cœur, ouvrage de la naissance qui la condamnait à la solitude, voyage solitaire sur des terres arides. Se connecter à personne, ressentir le moins d'émotions possible, préserver un palpitant déjà mort, n'était-ce pas là une ironie de la vie ? Si seulement... elle avait déjà plus de huit-cents ans, si seulement elle pouvait accueillir la fin, retirer sa bague et s'exposer aux lames de Phoebus. La vérité était qu'elle ne pouvait se résoudre à pareille fin, quitte à partir, elle voulait que soit comme la reine guerrière qu'elle fut. Comme le dirait Portos dans l'homme au masque de fer « Je préfère mourir debout couvert de sang, que mourir dans mon lit couvert de pisse. ».

Dans la salle de bain, elle rougit et prépare les affaires de toilette dont se servira son futur protéger, cette homme si troublant. Il est beau, elle ne saurait nier cette évidence physique. Il avait cette aspect bestial, sans doute son humanité trop lointaine et pourtant qu'elle avait vu revenir quand elle lui avait parlé et laissé touché sa joue. Son cœur, il avait battu plus fort, arythmie étrange et inattendue qui la terrifiait. Il voulait agir seul, il parlait abruptement comme il l'était dans ses gestes, dû à son retrait de la civilisation et de toute forme de socialisation. Elle s'était laissé faire, sortant de la salle de bain avant rester statique quelques secondes comme pour prendre conscience de se qui se passait entre ces murs et dans son corps. Elle n'avait jamais rougie, elle n'avait jamais rougie devant un homme.

Elle se dirigea vers sa chambre, s'asseyant à sa coiffeuse un instant pour rassembler ses idées, ses émotions qui n'étaient que funambule sur le mince file qui séparé la protection de la douleur. Elle se regardait dans le miroir alors que d'une main elle enlevait la trace de sang à son visage, trempant un tissus propre dans de l'eau de rose. Elle se rappelait. Elle avait rencontré une jeune fille à florence durant la glorieuse renaissance sous Laurent le Magnifique, idylle de cette enfant se refusait à avoir par crainte, terreur. Eala avait compatis à son sort et lui avait dit. Elle lui avait fait profiter de sa sagesse en lui contant combien il était plus simple de se brimer, de se préserver, mais en fin de compte, tout ce-ci n'est qu'ineptie car on se prive de se qui nous fait vivre, on se retrouve tel des roche, incapable de ressentir la moindre émotion, elle ne voulait pas qu'elle en vienne à telle extrême comme elle-même y était arrivait, mais dans tout les cas, si un tel jour devait arriver elle lui souhaiter de laisser un jour un Michel-Ange faire chanter sa roche et se laisser sculpter en David. Elle se regarde et se voit, elle ne le pouvait pas, et soudain cette idée lui sembla triste.

Elle se changea, ôtant la robe dont les pans étaient tâchés de sang et enfila une robe de soie pour la nuit, et ajouta à cela une robe de chambre en satin bleu brodé d'oiseau de feu, souvenir de Chine. Elle se mit à la fenêtre au bout du couloir et se mit à observer le monde de la nuit derrière le lourd rideau de pourpre. Elle aurait voulu être comme ces hommes et femme : encore humaine. Et pourtant, chaque personne qui fut au courant de sa nature pouvait s'accorder sur le fait qu'elle était sans doute la plus humaine des vampires. Seul Oscar Wilde savait quel combat c'était d'entretenir son humanité quand on doit tuer son cœur chaque jour pour l'empêcher de revivre. Elle se savait capable du pire qui serait à la hauteur du meilleur qu'elle offre.

La porte de la salle de bain s'ouvre, mais elle ne se retourne pas, elle vient de se rappeler qu'elle ne lui a pas apporté de vêtements, pudique, elle ne veut pas se tourner vers lui et le voir potentiellement en tenue d'Adam.  Elle l'entend s'approcher, elle se mord la lèvre inférieure, serrant légèrement sans ses mains le velours du rideau. Il est la si proche, si près d'elle et son souffle s'arrête quand son torse nue entre en contacte avec son dos. Frémissement qui remonte le long de son échine. Elle ferme les yeux, elle dois se concentrer et ne pas déraisonner, elle ne devait pas se laisser aller, elle n'en n'avait pas le droit et ne savait de tout manière pas comment faire. Elle le laisse agir pourtant, respirer ses cheveux et l'attirer au plus proche de lui, penchant sa nuque pour qu'il y dépose son souffle, sentant sa peau se réchauffer et s'éveiller. Elle avait envie, envie qu'il la touche, qu'il la serre encore plus contre lui, elle voulait sentir sa force d'homme. Non, elle déraisonne, elle doit se ressaisir, elle doit, se fermer à tout ça, elle qui était la pureté incarné, même Marie ne serait jamais à son niveau. Pourtant elle se tourne elle affronte son regard, silence qui n'est pas rompue, il la regarde et baisse ses yeux vers ses lèvre, mais à sa nuque, il la prend, lèvres contre lèvre. C'est rapide, intense. Immédiatement elle sent son corps s'électriser et elle porte ses mains sur lui, une dans la nuque, l'autre dans ses cheveux noir. Il la plaque contre la fenêtre, instinctivement elle se cambre, son cerveau déraisonne, son corps le veux, elle veut qu'il la rende femme, elle veut lui appartenir, corps et âme, qu'il boive à son sang. Elle répond à son baisé avec hardeur, possédant sa bouche alors que ses mains descende à ses trapèze et ses épaules. A bout de souffle elle rompe le contacte et laisse ses mains et son regard parcourir son corps comme si elle découvrait le corps de l'homme pour la première fois, ce qui était la vérité en un sens.  Lentement, le regard descend vers la serviette qui est de trop et qu'elle voudrait enlever, mais à nouveau ses joues rougissent, jamais elle n'osera... Elle relève ses yeux vers lui et laisse ses lèvres glisser dans sa nuque, remontant jusqu'à son oreille, ses pommettes, laissant sa barbe drue effleurer sa peau avant de finalement retrouver ses lèvres
     
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Jeu 30 Juin - 1:00

It was a night, a long time ago

feat. James && Eala




Eala était une femme magnifique. Non plus encore, elle était ensorcelante, et l'envie de la toucher était constante. C'était comme si James découvrait une femme pour la première fois, ce qui était faux., enfin... si... Mais il semblait qu'il n'avait plus ressentit ce genre de sentiment depuis des siècles.. ce qui n'était pas loin de la vérité. Il se trouvait là, la jeune femme dos à lui et il pouvait sentir son parfum délectable, la chaleur de son corps pourtant si froid. Les vampires n'étaient pas chaud, mais en cet instant, leur température sembla monter brusquement, car ils étaient l'un avec l'autre et que tout semblait changer, là tout de suite... Leur vie, leur éternité, tout allait changer en cette nuit. Elle était venue pour lui, pour le sauver, le délivrer de l'emprise que sa propre existence avait sur lui. Pour le sauver du monstre et de l'animal qui commençait à vivre en lui. Elle est arriver et elle a donner un sens au mot humanité et maternité. Elle serait sa sauveuse, son idéale et sa compagne. Elle serait son mentor et son amante, pour l'éternité.. mais ça, ils l'ignoraient encore tout deux, même si cela semblait être une évidence. Car l’attirance entre eux était évidente.. Il pouvait alors lire dans ses yeux, alors qu'elle se retrouva face à lui, le besoin irrépressible qu'elle avait de le toucher. Comme il pouvait lire dans son regard comme elle désirait qu'il l'a touche, encore une fois et cela pour le reste de la nuit. Et pouvait-il dès à présent imaginer un seul instant de ses nuits sans cette femme... sans cet ange, ce cygne, cette Eve ? Non, cela fut impossible à imaginer, car il n'y avait pas à imaginer, simplement à regarder, voir au delà. Et au delà.. elle était là déjà.

Il ne put s'empêcher, se retenir... se contenir. Il saisit la belle par la nuque et l'a tira vers lui afin de venir s'emparer de ses lèvres dans un baiser intense et passionnée. Jamais il n'avait embrasser ainsi, avec tant de fougue et de volupté. La femme avait, un goût de vanille telle un ange dans un nuage qui lui offrait le délice de le laisser la goûter. Il se délecta de se baiser et le rendit plus fort, comme une drogue dont il ne pouvait pas se passer. Il ne pouvait se détacher de ses lèvres, en perdant l'haleine, le souffle, son cœur s'affolant dans sa poitrine. C'était comme si son corps se réveillait d'une hibernation qui semblait avoir durée une éternité. Il mordit sa lèvre, se demandant quel goût pouvait avoir sa peau si belle, son sang... tout en elle. Il l'a voulait sienne, et il voulait être sien. Mais par le simple regard qu'elle lui avait lancé dans cette maison close, il avait été sien. Il était son obligé, son sien, son tout. Eala finit par mettre fin à leur baiser et leur souffle son chaud, lourd et saccadé alors qu'elle le regarde. Son regard et transperçant et intriguant. Comme si elle n'avait jamais vu d'homme de sa vie, où comme si elle voyait pour la première fois. James regarda chacun de ses gestes, ses mains sur son corps nu et il vit son regard s'attarder sur sa serviette, seul vêtement qu'il portait.

Il vint caresser sa joue, puis descendit également ses mains, glissant sur les épaules de la belle, toujours dans le plus grand des silences, la regardant droit dans les yeux. Les mots n'avaient aucune utilité en cet instant, car tout était là, tout était clair. Le kimono bleu glissa sur la peau de Swan, se laissant tomber sur le sol en volant, comme au ralenti. James put apprécier le déshabiller que la belle femme portait. Elle était si classe, si magnifique, si... parfaite. Une manche fine tombait sur épaule, dévoilant un clavicule magnifique, délicate et avec des courbes parfaite, sans défaut. James vint déposer un baiser sur le plie, dans le creux juste là, appréciant son doux parfum.. Il laissa alors descendre ses mains et attrapa le tissu fin au niveau des hanches de la belle, et commença à le faire glisser vers le haut, ses doigts frôlant la peau délicate et froide de sa douce. Sa serviette tomba au sol en même temps qu'il découvrit la poitrine de la belle, galber, montant et descendant au rythme de leur respiration. James était nerveux tout d'un coup.. il n'avait jamais fait ça.. mais c'était comme une évidence. Comme un acte naturel avec elle.. c'était elle. Cela ne pouvait être qu'elle. La tenu de nuit tomba enfin à terre, et ils furent là, debout l'un en face de l'eau, nu et dévoilé l'un à l'autre. James caressa sa joue, la laissant remplir sa main en poussant sa joue dans le creux de sa paume. James emprisonna de nouveau ses lèvres, lentement, langoureusement, caressant son corps, saisissant sa cuisse et la pressant contre son corps, prenant plus d'ardeur dans leur baiser et d'une vitesse que seul les vampire possédait, ils vinrent se retrouver sur le tissus doux et frais du lit. Il l'a regarda alors, allonger sur ses draps et la regarda dans les yeux, prêt à passer à l'acte le plus important de sa vie. Il vint caresser ses cheveux, et s'approcha d'elle, collant son corps au sien et dans un baiser, dans un élan.. il l'a posséda tout comme elle le posséda, dans un coup de rein qui se voulait ne faire qu'un de leur deux corps.
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Sam 2 Juil - 12:12

It was a night, a long time ago in the galaxy
James & Eala

     

     
Dehors, la ville de Paris était rythmé par la vie nocturne, les hommes dans les bar, la femme qui chantent et dansent. Trépidante d’insolence. Aucun son ne transperçait les barrière de verre de la demeure du cygne blanc. Silence religieux, échos à Shakespeare et l'ensorcelante religiosité qui entoura la rencontre des amants maudits. Son pâle visage de madone de glace s'était tourné vers le sien, sentiment de perdition qui la prit à l'instant, se sentant dépassé par un étrange flot de sensation éphémères et durable. C'est la fugacité des instants qui les rendent si intemporels, unique. Quelle force étrange l'avaient menée à lui ? Qu'elle avertissement avait elle ressenti alors que ses pas se dirigeait vers la maison à la lanterne rouge ? Elle avait sentie le danger de cette rencontre qui allait à n'en point douté sceller son destin d'une manière. Bien entendue, elle n'en avait pas encore pleinement conscience, non, car si elle avait su les douleurs et les souffrances qu'elle allait affronter en l'ayant connu... n'aurait-elle pas rebroussé chemin ? Peut-être, si elle eut été pleinement saine d'esprit, mais en vérité elle ne l'était pas et pour elle, tout ce qu'elle aura ressenti avec lui aura valu la peine qu'elle l'eut vécut, en dépit de la peine et de la souffrance.

Dans son immobilité faite de pensée, elle le laisse la dévêtir, son ventre se tordant d'une légère appréhension, la dernière fois qu'elle fut nue, c'était à florence entant que muse, aujourd'hui, c'est pour une toute autre raison. Elle ressentait de l'appréhension, mais pas de peur c'était une étrange sensation, comme une évidence. Leur corps dévoilé, Eala ne quitte pas son regard si clair et sombre, la couleur de l'océan après une tempête. Il est beau, il a des air d'ange déchut, et son cœur se gonfle d'une certaine chaleur, si elle avait pu, elle aurait versé une larmes d'émotion, mais comme toujours depuis la perte de sa nourrice, pas une larme n'a franchit son regard acier. Elle le laisse caresser sa joue, son visage allant à la rencontre de sa main, féline, son regard se fit plus intense et enflammé. Le feu sous la glace. Elle avait commencé à fondre au baisé à sa clavicule, il y a avait de la tendresse et du respect dans ses gestes, rare furent les hommes qui l'avaient traité ainsi... et il était le premier qui ferait d'elle une femme.

A nouveau il l'embrasse et elle y répond avec ardeur, mordillant sa lèvre inférieur alors que ses mains découvrent son corps et les muscles de son dos Son cœur s'affole, c'est une tête de locomotive qui prend de la vitesse au risque de dérailler. Il saisit sa cuisse, elle se cambre contre son corps alors que l'instant d'après, elle se trouve sous lui, dans son lit. Un instant elle se fige, se pinçant légèrement les lèvre en le regardant, laissant échapper un léger sourire alors qu'elle caresse sa joue, pourquoi se sent-elle si vivante tout à coup ? Elle frémit, se cambra et laissa échapper un léger soubresaut quand ils ne firent qu'un, sentant une douleur envahir son ventre, elle porta ne main à la joue de James, le regardant avec le regard tendre mais légèrement plissé par la douleur, cherchant ses lèvre avec une infinie tendresse, lentement, doucement, elle dirigea son visage vers le creux de son cou à elle. Pourquoi avait elle envie qu'il la morde ? Alléger la souffrance ? Non... C'était au delà de ça. Elle mordilla doucement son épaule alors que ses mains s'accrochait à lieux, la turbine de son cœur s'affolant tout autant alors que son dos jouait le xylophone de l'émotion.
     
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Dim 3 Juil - 14:03

It was a night, a long time ago

feat. James && Eala




Ainsi, dans un simple mouvement, ils ne firent qu'un. Le Cygne et le Pirate, l'ombre et la lumière. Il n'y eut alors pas sensation plus intense au court de sa triste existence que celle-ci. La belle grimaça alors. Il l'a regarda avec une profonde intensité, constatant qu'il s'agissait alors également de la première de la belle Eala.. n'était-ce pas charmant, une première union partager entre deux êtres des ténèbres. Deux amants maudits qui s'unissaient dans la passion charnelle de leur deux corps. Elle porta sa main à sa joue, un gémissement de douleur et de passion sortant de la commissure si fine de ses lèvres. James resta immobile, après avoir posséder son corps, laissant la vague de chaleur envahir leur deux corps ne formant plus corps. Elle releva son visage, cambrant sa nuque pour venir rencontrer ses lèvres dans un baiser chaste et tendre, lèvre tremblante et souffle chaud. Le corps de la belle tremblait tout autant que lui.. avaient-il froid ? Non bien sûr que non. Il s'agissait de l'intensité de cet instant qui les rendait alors à l'état de deux jeunes puceaux en train de passer l'étape jusqu'au monde de adultes. Il savait, il savait que dès lors, il ne pourrait plus se séparer de cette femme. Sa sauveuse, sa déesse, sa musique.. son cygne blanc et pure. Elle était synonyme de perfection et il avait si peur de la briser en cet instant qu'alors qu'il entama de lent va et viens, il y allait avec une infime douceur et une passion dévorante, alors qu'elle s'agrippa à lui comme si elle avait peur de tomber dans les abysses d'un plaisir qui allait commencé à remplacer la douleur de ce rapport.

Il embrassa le creux de sa nuque, alors que ses mouvements devinrent plus assuré et plus ondulant, fluide et alors qu'il entendit le souffle de plaisir de son amante remplacé les gémissement plaintif de douleur, il sentit alors le sang de la belle se propager à vitesse fulgurante dans tout son organisme. Il sentait, il sentait à l'appel de son corps comme elle désirait ardemment de sentir ses crocs dans son corps. Elle l'appelait, le désirait et suppliait par la pousser de son corps contre lui qu'il vienne déchirer sa chair et que le sang se mêle à leur danse frénétique et érotique. Que cette rencontre avec dieu soit aussi l'osmose du diable et que l'enfer se mêle au paradis. Il agrippa de son crochet sa cuisse, la remontant contre ses côtés, la prenant plus fort et plus loin dans un plaisir ardent. Ses coups de reins devinrent plus sec et bestial alors qu'il releva son regard vers elle, soupirant de plaisir en rencontrant ses lèvres dans un baiser passionnel et intensément fougueux. Sa main valide était plonger dans ses cheveux tandis qu'il tira alors sur ceux-ci, bascula sur le côté le visage de sa bien aimé.. Il croisa son regard... elle était magnifique, rouge de plaisir et plaintivement gémissante d'un plaisir qu'elle ne pouvait contrôler. Ses yeux se zébrèrent de veines noirs et ses crocs apparurent alors. Eala leva une main, caressant sa joue et ses doigts glissèrent en rencontrant ceux qui arriveront bientôt à la mener à l'extase. Il embrassa ses doigts, accélerant ses mouvements avec une animalité qu'il se découvrait. Ils étaient en parfaite fusion, ne contrôlant plus leur corps. Transe exquise qu'était leur union ils ne pouvaient plus faire mâchine arrière. D'un mouvement rapide, vampirique et ardent, il se pencha vers elle,serrant la cuisse de la belle contre lui dans un mouvement du bassin brute alors qu'il planta ses crocs dans sa nuque, la laissant pousser un cri, mélange de douleur et de plaisir intense qu'était le partage de ce fluide si précieux. Il la goûta alors toute entière, elle était sienne et il se délecta de son sang en arrivant à l'extase puissant alors qu'elle hurla d'un orgasme tout en même temps que lui qui se redressa alors, les lèvres couverte du sang de son amante, alors qu'il se libéra en elle dans un râle de jouissance ultime, paroxysme de leur union sacré.

James se laissa tomber, essoufler contre le corps de la belle couverte de son sang sur sa poitrine, mélange de leur sueur afin de former un seul et même corps. Il reprit sa respiration, alors qu'il sentit une main dans ses cheveux. Il resta un moment en elle, tandis qu'ils reprirent tous deux leurs esprits.. c'était magique, fantastique, parfait... le paradis, le vrai.. l'enfer.. le seul. James finit par se retirer, roulant sur le côté, son regard se perdant dans l'étendu qu'était le plafond. Il tourna son regard vers elle, qui le regarda également. La plaie à son cou avait déjà guérit. Il releva une main vers elle.. elle était si belle, l'air fatigué et conquise. Les pupilles dilaté et les cheveux décoiffés lui allait si bien. Il vint alors caresser sa joue des doigts, ceux-ci glissèrent alors sur son corps, définissant la courbure de sa poitrine, la finesse de son ventre, le contour de son nombril.. il finit alors par dire d'une voix faible : « Où étais-tu durant ces siècles.... ? » il soupira alors, fermant les yeux sa main vint tomber dans la sienne tandis qu'il plongea dans un sommeil qu'il sembla plus profond qu'il ne l'avait jamais été, là, nu à côté de celle qui allait partager l'éternité à ses côtés... cela ne pouvait être autrement, c'était une évidence...
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Jeu 7 Juil - 22:15

It was a night, a long time ago in the galaxy
James & Eala

     

     
Les baisers se fondent sur les chairs, Les flammes de la cheminée reflètes des ombres aux murs tapissé de vert. Elles se cherchent, se trouvent, se confondent, incapacité de déterminé où commence l'un et ou termine l'autre. C'est l'infini immuable et sacré qui s'impose, un silence où seul les souffle chauds et plaintes murmurées à demi-mots. Il comprend tout comme elle comprend à son regard que cet homme n'a jamais donné son corps à une femme. Pourquoi elle en ce cas ? Qu'avait-elle de plus elle qui était si misérable de solitude ? Elle ne le savait pas, elle ne voyait pas si clair dans son esprit à cet instant.
Elle se perd dans son regard, navire prit dans la tempête émotionnel, frémissante et tremblante, elle n'est qu'un pauvre navire qui prend la houle et se noie dans le soul. Elle se cambre entre les tremblement, le corps craque comme des planches et elle prend ses lèvres, en quête d’oxygène, en quête de lui, prière du marin à la vierge pour ne pas se prendre dans les récifs.
Elle voulait se raccrocher, poser les amarres, reprendre souffle et haleine, redevenir cette femme si froide, noble et impassible, mais la vérité était qu'elle ne pouvait contrôler le plaisir qui commençait à l'envahir, la rendant rouge et gémissante... Elle le regardait de ses iris dilatés qui rendaient son expression plus sombre, plus féline et ardente. Feu sous la glace. Elle le veut et elle veut être sienne corps est âme. Prends-moi mon aimé, prends moi mon amant, aime moi, bois moi. Je veux être ta source, je veux être tienne comme aucune femme ne le sera jamais et toi... Ô toi... je te laisserai volontiers mon traite cœur si seulement... Oh oui si seulement....
Elle déraisonne, les vagues se font plus frénétiques, en quête d'un absolut qu'elles exigent et revendique comme la plus grande des victoire sur leur attente sublime et parfaite. Il baise ses doigts, elle se cambre à l'unisson de ses coup de reins, allant à leur rencontre, ne demeurant aucunement passive. Le navire ne se débat plus, il s'unit au vague fougueusement, Il ne veut plus les subit mais en être le maître ultime. C'est si bon qu'elle voudrait que ça dure pour l'éternité. Soit mien pour toujours et à jamais.
C'est alors qu'il croque la pomme et perce la chair pâle et fine de sa nuque. Légère douleur qui laisse place à l'extase la plus parfaite et sublime dans un craquement de la bûche dans la cheminée. Un mains qui se font dans ses cheveux l'autre dont les ongle s'enfonce dans la partie la plus charnue de son corps d'homme. Il est beau, sublime. Il sont les nouveau Adam et Eve. Tendrement, elle le serre contre elle, cherchant encore avec peine son souffle qui s'est perdu quelque part entre lui et elle. Les espaces et les sentiments.
Quelques instant plus tard, il se retire et elle sens son corps hurler de la déchirante séparations imposé par le repos mérité. Elle se tourne vers lui et le regarde avec une expression si étrange, souriant pourtant paisiblement alors qu'il la caresse. Elle sent son cœur battre pour la première fois et un léger grain de sable apparaît dans les fin rouage rodé par le temps et la stricte discipline émotionnelle imposée pendant 8 siècles...

- J'attendais, j'attendais que tu existes pour te trouver.


Elle avait dit ça sans réfléchir et sans doute était-ce pour cela que c'était si vrai, car pour une fois unique, ces mots ne venait pas de l'esprit mais du cœur. C'était son âme qui parlait à la sienne.
Elle le regarda s'endormir et elle... Elle ferma un court instant les yeux, une heure ou deux avant de se réveiller le corps en sueur froide.
Elle se lève et ravive le feu, observant à la dérobé le corps nu de cet inconnu. James... Hook. Elle se mordit la lèvre, sentant un étrange douleur à la poitrine qui la saisit en se sentant émue.
L'esprit vague et embrumée par le flot de sensation, étrange lucidité qui s'impose à elle, comme si un souffle de l'amant avait dispersé les nuage qui embrumait l'étrangeté de cette rencontre. Elle avait comprit. Elle avait comprit que dans la vie il n'y a qu'un seul grand amour et tous ceux qui précèdent sont des amours de rodage et tous ceux qui suivent son des amours de rattrapage. Et lorsque cette vérité s'imposa à elle, elle porta vivement sa main à l'horloge de son cœur, sentant le grain de sable bloquer les rouages et la faire suffoquer, elle devait se camer, se raisonner, se fermer comme une huître et perverse la perles si précieuse. Je ne peux pas le lui donner, il est en trop mauvais état et indigne de ses mains. Freya avait raison... et elle avait si tord.... Ancien souvenir de la nourrice qui parlait d'amour, déclarant que l'homme de la vie de cette joli tête blonde n'était peut-être pas encore née... elle qui savait aussi qui lui était interdit d'aimer. Mais ça elle devait le lui cacher à tout prit, elle ne devrait jamais lui dire qu'elle est condamné et qu'un jour il la regardera mourir. Fébrile, elle s'allongea à nouveau, allant se glisser contre lui quitte à le réveiller.

- Serre moi.... si fort contre toi.


Il pouvait penser qu'elle tremblait peut-être à cause froid qui avait régné pendant un instant sur la chambre, qu'importe. Il ne doit pas savoir, jamais...

- J'aimerai disparaître en toi...


Dit-elle au creux de son oreille d'une voix rauque de fatigue. Oui, en étant contre lui, il effacerait ses cauchemar, il serait sa barrière contre le monde horrible dans lequel on l'a jeté sans un regard en arrière de pitié. Elle s'était sentie si seule, si longtemps, elle avait eut si peur et elle a toujours cette crainte tapis au fond de lui, voyait-il seulement comme elle était misérable ? Non, car jamais il ne devrait connaître la malédiction sur son cœur... jamais, car seul un véritable amour pourra la lever sinon il devra périr... et elle ne pourra jamais prendre le risque de le perdre, quitte à sacrifier son bonheur et le sien pour qu'il le trouve ailleurs. Et Ciel, que pour son bonheur elle sacrifierait volontiers le sien pour juste voir son sourire, juste pour le voir heureux et qu'elle puisse ce réjouir de ce bonheur naît de son sacrifice.
     
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James] Lun 1 Aoû - 3:26

It was a night, a long time ago

feat. James && Eala




James ne se souvenait plus quelle fut la dernière fois où son sommeil fut si rapidement atteint et si profondément. Il se sentait vide de toute énergie, comme si sa force vitale l'avait quitter à l'instant même où il avait poser cette question en s'endormant à ses côtés. Au côté de cette femme, cet ange, ce cygne.. Swan. Jamais il ne l'a quitterait. Il s'était abandonné à elle en cette nuit et sans nulle doute pensait-elle qu'elle était loin d'être sa première.. mais si, c'en était bel et bien le cas. Il avait été un monstre toutes ces décennies et aujourd'hui, en cette nuit, il était devenu un homme. Un homme dans les bras d'un ange... un ange damné et ils était des amants damnés.. liés pour l'éternité. Car la mort ne frappait pas les vampires.. il serait à jamais à ses côtés. Elle serait son mentor, son guide, sa muse... James s'était donc endormit là, sur ces draps, tenant la main d'Eala comme s'il avait peur qu'elle disparaisse lorsqu'il se réveillerait. Il avait oublier ce que cela faisait de dormir au chaud, dans des draps et propre.. tout comme il recommençait à ressentir cette tendre brûlure à la gorge qu'était la soif d'un breuvage qu'il se devait de boire pour survivre une éternité. Mais il s'en moquait, car le sommeil le berçait, et l'odeur enivrante de la belle à ses côtés le fit se sentir mieux que jamais. Il était paisible, les yeux fermer plonger dans un sommeil profond. Son corps bougeait au rythme de sa respiration et il ne constata pas le regard et les mots de la belle... ceux-ci furent une écho dans son esprit. J'attendais que tu existes pour te trouver.. Furent comme un lointain bruit dans l'abyme des rêves sans vie du vampire endormit.

Un souffle froid, il se sentit seule dans les draps. Il ouvrit un œil, toujours endormit, comme si son corps seulement s'éveillait en sentant qu'elle n'était plus là.. comme prit de panique. La chambre était bercée par la seule lumière des flammes dans le cheminée.. et juste là, une forme, une ombre.. il crut d'abord que c'était l'ombre qui le suivait dans ses cauchemars.. Mais il comprit vite, grognant un peu et reconnu alors Eala, la belle vampire nue en face de lui en contre jour des flammes comme si elle émanait d'une aura divine. Il ferma de nouveau les yeux, trop épuisé.. comme s'il avait encore besoin de tout un moment pour récupérer le temps qu'il avait passer à tuer des vies.. pour dormir. Juste dormir.. mais pas seul non. Il avait besoin d'elle, sa muse, son guide pour soigner ses démons, le canaliser. Elle revint se blottir contre lui et alors il entendit sa voix dans un écho lointain encore...Serre moi, si fort contre toi. Son bras se serra autour de sa taille.. Il put la sentir trembler et la serra un peu plus fort sans réellement comprendre et il s'en moquait, trop perdu dans son propre esprit, dans son propre sommeil dans son infini pour comprendre. Il était partie, ailleurs et la voix d'Eala vint de nouveau résonner dans son esprit alors qu'il sentait l'odeur de sa chevelure. Son parfum resta comme imprégner en lui, par fraction, par instance, passant de ses narines à son organisme tout entier pour mieux le posséder complètement. James était là, endormit et comme apaiser, innocent et il fut en cet instant plus vulnérable qu'il ne l'avait été depuis des années et des années. Il ne devinait pas la torture dans l'esprit de la jeune femme et la douleur dans sa poitrine.. mais il semblait être comme dans un autre monde, une autre dimension.. où elle était là.. pour toujours.
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart


SUJET CLOS
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James]

Revenir en haut Aller en bas

[HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [HOT] It was a night, a long time ago in the galaxy [James]
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - Flood & Co - :: Les archives :: Les rps finis & Abandonnés-